maj le 02/08/2009

 

GUY CHABANT

CANADA1 : du 25 mai au 08 JUIN 2009

Chemin des Sanctuaires - OUTAOUAIS - de OTTAWA à MONTREAL

/* Diaporama PHOTOS Bma */
Généralités Mes Impressions Personnages et Rencontres Canadiens
Parcours Passages agréables Habitations Eglises Climat
Accueil Hebergements Nourriture Cimetières Organisation

GENERALITES

C'est Mr YVES TOUTANT, du QUEBEC (Drumontville), que j'avais rencontré sur le Chemin d'ARLES en Mai 2008, qui m'a mis sur la piste de ces chemins de randonnée / pélerinage organisés au CANADA / QUEBEC.
Les renseignements et inscriptions sont ici : http://www.chemindessanctuaires.org/

J'étais plus spécialement partant pour le Chemin des Navigateurs , le long du fleuve ST-LAURENT, qui était réputé le plus intéressant, mais hélas trop long pour mon planning (21 jours).

J'ai donc pris le Chemin du OUTAOUAIS, qui longe la rivière du même nom, sur 230 KMS depuis OTTAWA jusqu'à MONTREAL en 12 étapes, de 15 à 25 kms chacune. J'ai eu un excellent contact avec son responsable Mr RODOLPHE LATREILLE, que je remercie ici pour l'aide qu'il m'a donnée, car ce n'est pas évident quand on vient de FRANCE.

L'inscription se fait en ligne ou par courrier, et doit être confirmée par un versement de 60$CA (environ 40 euros).
Le calendrier 2009 comportait 25 jours de départ, du 25 MAI au 18 JUIN, avec au maximum 6 inscrits par journée (soit un total maximum de 150 pélerins). Cette formule est très bien rodée, car elle correspond à la capacité d'accueil des "gites".

J'ai donc pris le parcours du 27 MAI au 8 JUIN 2009.

Je me suis envolé par AIR-CANADA le Lundi 25 mai, j'ai couché à l'ORATOIRE ST-JOSEPH le premier soir sur réservation prise par Mr LATREILLE (merci encore), mais hélas au tarif normal de 50$CA ! Ceci pour y laisser une partie de mes bagages que je reprendrais le 9 juin pour aller à VANCOUVER (*). Soirée ballade / découverte de Montréal.

Le lendemain , 4 kms à pied le long de la Cotes des Neiges, avec mon sac à dos jusqu'en centre ville, AUTOBUS Greyhound pour OTTAWA en environ 2h (prix 25$CA) ou je descend à l'arrêt indiqué, direction chez Mme CARMEN ROY qui habite tout près de la Cathédrale. J'y logerais la nuit du 26, avec 2 autres pélerines (Sonia, ..) afin d'être à pied d'oeuvre pour le lendemain matin.

Découverte de OTTAWA sous un ciel ensoleillé ; vraiement une très belle ville, arrivez-y plutot le matin (Bus de 10H , il y en a toutes les heures), afin d'avoir suffisamment de temps surtout pour une visite du PARLEMENT (j'y suis arrivé à 18H, heure de fermeture aux touristes).

Départ le lendemain 8H devant la cathédrale, ou nous retrouvons d'une part les 3 autres pélerins (habitants dans les environs d'OTTAWA), et 4 organisateurs qui vont nous accompagner une bonne partie de la 1ERE étape (ce qui nous dispense de chercher notre chemin)

ET DOUZE JOURS PLUS TARD : arrivée et séparation vers 13H devant l'ORATOIRE ST-JOSEPH, sur les hauteurs de MONTREAL. Les Québequoises seront récupérées par un mari, pour un retour "at home". Les Ottawais rentrerons immédiatement chez eux, voiture ou train, car demain c'est LUNDI et ils travaillent, eux !....
Je suis le seul à loger ici pour la nuit, et même DEUX nuits, car suite à une erreur de Rodolphe (je pensais terminer le 8 Juin, et non pas le 7), mon billet d'avion pour VANCOUVER est au MARDI 9 au soir. Cela me laisse donc presque 2 jours pour visiter de long en large MONTREAL (récit et photos à venir)
J'y ferais la rencontre de 4 randonneurs un peu plus agés que moi, qui vont commencer le lendemain (hélas sous une grosse pluie) le 3EME chemin : celui dit de STE-ANNE.

 

MES IMPRESSIONS GENERALES

Le PARCOURS :
Quasiment entièrement à plat, le plus gros dénivellé ne doit pas dépasser 50 M !
Quelquefois on longe réellement la rivière, ou on suit un chemin dominant avec une belle vue. Hélas la plupart du temps : soit on en est séparé par des propriétés et villas "WATERFRONT", soit on marche sur un chemin assez éloigné .

Au moins les 3/4 du parcours se fait sur des routes secondaires goudronnées ; heureusement, au QUEBEC (et au CANADA), ces routes sont larges et disposent presque toujours d'une bande de 1 m de large réservée aux cyclistes et piétons ; de plus les bas-cotés sont plats, sableux ou gravillonnés : rien à voir avec ce que nous trouvons en France (les bas-cotés y sont des tord-genoux étroits et bosselés) ;
et cerise sur le gateau, les conducteurs sont très respectueux des piétons, ils roulent plutôt lentement et s'écartent totalement de nous ; et les camions se comportent itou : donc aucune crainte quant à la sécurité !

Par contre ceci engendre de la monotonie , et il n'y a pas grand chose à voir comme dans nos vieilles provinces pleines d'histoire :
ni chateaux , églises gothiques ou romanes , bourgs fortifiés, clochers tors , beffrois , tours , ruines antiques , ....

Quant à la faune, mes espérances ont été ruinées : en tout et pour tout, en 12 jours : UN seul petit cervidé , une marmotte ou castor (?) , quelques canards, 3 ou 4 oies bernaches (outardes) mais de très loin (*) , un oiseau très commun (gros comme un merle, mais avec un plastron orange / roux) , une grenouille. Désespoir de l'amoureux de la nature. Seule grosse consolation : J'ai enfin contemplé à loisir un Poisson-Chat (une BARBOTTE en dialecte local) dans le Marais aux Rubaniers (Parc de Plaisance).

Par contre l'une des bestioles qui pullule : le MOUSTIQUE ! Dans les parcs traversés , on se fait littéralement manger, et si on s'arrête de marcher quelques secondes, ces maudits insectes vous tombent dessus en un instant. J'étais en short et manches courtes, je le déconseille fortement aux personnes sensibles aux piqures qui doivent se protéger ou s'enduire.

Le chemin peut être considéré comme une visite IMMOBILIERE : toutes sortes de maisons, petites ou grandes, simples ou luxueuses, la plupart en bois mais chacune avec son cachet, sa forme de fenetres ou de balcon, sa couleur de peinture. Et quasiment toutes sans clotures - haies - ou grilles, avec d'immenses pelouses vert vif qui descendent jusqu'en bord d'eau.
Et c'est là qu'on voit les effets de la crise (merci Mr Mardoff) : un très grand nombre de maisons et terrains sont à vendre !

PASSAGES LES PLUS ATTRAYANTS :
* la 1ere étape après OTTAWA, dans la "CEINTURE VERTE", le long de la rivière , une idée géniale d'un urbaniste d'aufrefois.
* le Parc de THURSO - PLAISANCE , surtout la partie MARAIS AUX RUBANIERS
* les TRAVERSIERS : bacs très rapides pour passer d'une rive à l'autre, la rivière faisant à certains endroits 5 bons KMS de large.
* la route coté sud en ONTARIO, avant L'ORIGNAL, car elle surplombe la rivière , ce qui offre une très belle vue. Elle est de plus bordée de magnifiques villas "Bord de l'Eau". * un passage entre L'ORIGNAL et CHUTES à BLONDEAU, ou l'on borde un lac formé par la rivière.

HABITATIONS :
Dans les agglomérations, les maisons sont quelconques et sans style agréable.

En campagne, les routes que nous suivont sont jalonnées de propriétés de plus en plus grandes et luxueuses (à proximité des 2 grandes villes), surtout du coté WATERFRONT : avec vue sur la rivière et avec terrain jusqu'à la rive.

La plupart sont en BOIS, ossature et planches de recouvrement. Quelques unes ont la façade coté rue revêtue de briquettes ou simili-pierre
Ce qui est ravissant, c'est la variété des formes de toitures, des avancées, des galeries et balcons, de fenêtres (avec une prédilection pour les 1/2 ronds et croisillons), ainsi que toutes les nuances de peinture pastel.
Ma préférence va aux teintes claires gris perle / bleuté ou jaune tendre , plus un mariage d'un liseré bleu ou vert vif souligné de blanc entourant les ouvertures.
Quasi toutes ont des faux volets décoratifs style Louisiane.
Même les CHIENS, assez rares d'ailleurs, restent bien sagement sur la propriété et ne harcèlent pas le promeneur !

EGLISES et PELERINS, MONUMENTS :

Les cathédrales de OTTAWA et MONTREAL méritent une visite : pas tellement pour leur extérieur (style néo-gothique fin 19eme siécle), mais surtout pour la splendeur de l'intérieur ; riches enluminures dorées, et un fond bleu lumineux exceptionnel : J'ADORE !
Les églises rencontrées, surtout celle construites en BOIS, sont mignonnes. Le pélerin pieux pourra y prier et y découvrir quelques particularités, telle qu'un SALON DE RECONCILIATION !
Une attention spéciale pour la ST-JOACHIM de Chutes à Blondeau, qui a été ouverte spécialement pour nous !

et bien sur : la Colline du PARLEMENT à OTTAWA, splendide ensemble de 3 batiments dominant la rivière sur son promontoire.

le TEMPS et CLIMAT :

Avons - nous eu de la malchance ? Le temps était froid, voire glacial, avec un vent quasi permanent.
Ciel souvent gris et nuageux, une pluie chaque jour (petite pluie fine, plusieurs fois à partir de 14H), et une sacrée averse "IL PLEUT DES CLOUS" (en dialecte local) pendant 2h le soir à L'ORIGNAL.
Cela pendant les 6 premiers jours. Ensuite le temps s'est amélioré, et nous avons eu plusieurs journées assez ensoleillées et assez chaudes....

ACCUEIL :

L'accueil est sympathique, avec un petit bémol à Ste-Marthe (fermeture du local avec 1 seule et unique clé).
Ceux qui nous ont laisser un réel souvenir :

  • a THURSO , la convivialité, la gentillesse et la visite en voiture des chutes d'eau situées au moins à 10 kms.
  • les bonnes soeurs de MASSON (maison Béthel) et celles de PLAISANCE (congrégation du Sacré Coeur)
  • les petits cakes et sachet de fruits offerts par Miss Rachel Lachaine à Chute à Blondeau et le nécessaire pour Petit-Dej.

Hélas, ces personnes ne seront pas là éternellement, et l'organisateur aura du mal dans quelques années à conserver cette qualité et ces lieux d'accueils. Certains ont une santé en péril, d'autres sont assez agés, en particulier les bonnes soeurs des 3 congrégations de Plaisance, Masson, Laval, et aucune relève en vue.

HEBERGEMENTS :

Ceux-ci vont du très sommaire au tout à fait confortable.
Ceux qui, comme moi, ont beaucoup randonné, et ont fait le chemin de Compostelle en France et en Espagne, n'y trouverons guère à redire.
Ceux qui inaugurent ici leur première randonnée seront certainement dépaysés, surtout s'ils sont habitués au luxe d'hotels 3* !

Nous trouvons des chambres individuelles agréables et confortables chez les bonnes soeurs (3 nuits). Partout ailleurs, c'est le DORTOIR commun plus ou moins spacieux.

Mes vieux os de 67 ans sont surtout sensibles à l'épaisseur de la literie. Et là, il faut dire que j'ai souffert sur les lits de camp de Ste-Marthe, sur les matelas de sol minces (genre tatami de judo) de L'Orignal ; par contre les épais matelas gonflables de Montebello et Chutes/Blondeau se sont révélés confortables.

Avoir 2 W-C et 2 douches constitue déja un luxe appréciable (pas de douches à Chutes/Blondeau).
Disposer d'une cuisine bien aménagée et avec quelques ustensibles permet de faire soit-même son Petit-Dej et de pouvoir manger à domicile le soir : très agréable (Montebello, L'Orignal, Chutess/Blondeau, Rigaud, Oka)

Quasiment de partout, ici comme en France ou Espagne, rien n'est prévu pour faire confortablement sa lessive (bien qu'un simple lavabo fasse l'affaire), et surtout pour l'étendre sécher au soleil : il faut donc improviser un fil d'étendage. Un bon point aux logis des bonnes soeurs (grace à leurs jardin).

Et quel plaisir de prendre son Petit-Déjeuner copieux sur place avec l'hospitalier (moyennant le prix standard de 5$) : Masson, Thurso, Plaisance , je m'en souviendrais ...

* Le plus original : ORLEANS , nous sommes dans une maison de retraite pour malades Elzheimer, on franchit des portes à codes, d'immenses couloirs pour aller aux douches ou WC, et on s'y perd plusieurs fois.

* Le spécial : à OKA, l'employé me prête un VTT pour aller faire mes courses, et l'on mange le soir en commun, dans la cour et avec de la bonne viande rouge grillée au BARBECUE ..

* Le Branché : à MONTEBELLO, une salle avec 6 ordinateurs reliés à internet, en usage gratuit !

* le Balladeur : à L'ORIGNAL, la douche se trouve en plein milieu du Camping, à environ 100 mètres du dortoir ! très rigolo s'il pleut à torrent quand vous sortez de la douche.

Les maisons ou vivaient les soeurs religieuses , dont il ne restent que deux soeurs assez agées dont l'activité tourne autour de l'église et cathéchèse, ont été converties en maisons d'accueil pour des gens en Retraite Spirituelle. Nous, les pélerins, en profitons aussi, et l'accueil y est très chaleureux, le P-Dej copieux, le logis en chambre individuelle : confort du niveau hotel campagnard. Ensuite il y a l'accueil chez l'habitant, au confort plus du niveau Refuge Municipal Français. En final, les CENTRES COMMUNAUTAIRES ou Mr Latreille a placé temporairement des matelas de sol dans l'une des salles communes, au confort spartiate, mais finalement moins pire que certains refuges espagnols (car on a au moins 1 douche pour 6 personnes, donc pas trop d'embouteillage en vue, et l'eau chaude fonctionne bien) .

NOURRITURE

Ca, c'est l'angoisse du français ordinaire, fier de sa qualité de bouffe et de sa gastronomie.
Une première considération est l'épaisseur de votre portefeuille : mes co-équipiers étaient nettement aisés (hormis notre jeune et talentueux étudiant), ce qui nous a permis plusieurs fois le restaurant le soir ; le meilleur était à Montebello , LE BISTRO (comptez 20$ service et taxes incluses)
Sinon, nous avons essentiellement des restaurants asiatiques et italiens ( PIZZA et PATES) , avec un service de livraison à domicile très efficace et peu cher.
Le matin, c'était souvent le Café/Routier/Snack le plus proche : comptez 5 $ 8$. Le point positif, c'est le CAFE à volonté, servi dans d'énormes gobelets d'au moins 25 centilitres, qu'on vous remplit deux fois naturellement (on est loin de notre minuscule tasse parisienne). Mais évitez de faire comme la plupart des canadiens, prendre l'assiette complète 2 Oeufs + Bacon frit + Pain grillé + beurre de cacahuettes, cela va vous plomber les pieds pour la marche. Au fil des jours, j'ai constaté que mes co-équipiers, au début gros mangeurs de frites et autres plats gras et lourds, ont allégé leur nourriture, en prenant de plus en plus de salades composées, des légumes, des soupes, des fruits.
Les pizzas sont tout aussi rustiques et insipides qu'en France. La salade préparée la plus courante est la "CESAR" mélange avec des dés de fromage. On trouve facilement dans les super-marchés (hormis les petits "DEPANNEURS") suffisament de choix pour ne pas devoir se plier à la Mal-Bouffe américaine.

Pour moi, j'ai réellement apprécié les plats de poissons : PERCHAUDE, TRUITE, BARBOTTE et SAUMON.
On ne peut passer au QUEBEC sans devoir se soumettre à l'inévitable POUTINE, à gouter une fois, uniquement pour le folklore ! En gros, c'est de FRITES avec du fromage fondu.
Moins connu, j'ai du subir l'épreuve du JELLO, une sorte de gelatine colorée qui se prétend un dessert !

CIMETIERES :

Le pélerin / randonneur ordinaire passera près d'un cimetière, sans y jeter un seul coup d'oeil : ERREUR !

Les cimetières conservent une trace du passé et des principes de vie d'autrefois, et peuvent se révéler amusants.
Ainsi, à Hawsburry, vous trouver un grand cimetière catholique francophone, et 100 mètres plus loin, un cimetière distinct pour les anglophones protestants ou anglicans. On ne se mélangeait pas, comme dirait Jacques Brel.
Mais le plus merveilleux pour moi, ce sont ces noms gravés dans le marbre, évocateurs délicieux de ces temps anciens : LAFRAMBOISE , LAVIOLETTE par exemple.
Chaque tombe n'est qu'une simple stèle : pas de caveau, pas de monuments grandioses ou prétentieux comme on en trouve en France et Europe. Tous sont inhumés dans la terre, ce qui chez nous serait considéré comme ignoble et réservé seulement aux indigents.
Et au détour d'une rangée, voila un LATREILLE : notre organisateur sera peut-être surpris de se découvrir un parent éloigné ?

ORGANISATION :

Excellente. Le carnet de route fourni est correct quoiqu'au premier abord, il semble un peu sommaire, avec des plans d'étapes manquants de précisions et très approximatif. Mais à l'expérience il est suffisant, car on suit souvent une unique route ou chemin sur des KMS, sans croisement ou bifurcation problématique.

On ne peut que féliciter l'équipe de bénévoles, dirigée par Rodolphe Latreille, pour sont dévouement et sa capacité à trouver des hébergements pour chaque étapes, des plus sympatiques aux plus spartiates.

 

PERSONNAGES et RENCONTRES


* Les religieuses de MASSON, celles de PLAISANCE : Helène = moyenne , Rolande = pas grande.

* Le très célèbre TI-LOU de Thurso, et son épouse.

JEAN-PIERRE NOEL au n°1710 Chemin de la Baie à L'ORIGNAL : je suis le seul à être resté discuter avec lui pendant une bonne 1/2H : amoureux des mésanges et des oiseaux (qui viennent picorer dans sa main), discussion sur spiritualité <=> Religion.

0KA : après une 3eme journée de beau temps très ensoleillée, très belle soirée de groupe autour d'une table en plein air, tournedos grillé au barbecue + un verre de VIN de LISTEL ; discussions philosophiques amicales et très poussées.
L'employé municipal très serviable qui met un VTT à disposition.

Et un XXX? rencontré en route par SONIA+CECILE, qui nous a parlé de son Chemin de Compostelle, parti un 31 MARS du PUY en Velay, passage dans la neige et l'hiver en AUBRAC, transportant les cendres de son épouse décédée pour les disperser au vent à Santiago (ou plutot au cap Finisterre), qui a fait plus tard le chemin d'ARLES à PAU en fin aout dans une chaleur torride, et qui est adhérent d'une association québécoise de Compostelle.

Et j'en oublie certainement quelques uns .....

 

Mes Canadiens et co-equipiers

Je suis tombé sur des gens hyper sympatiques , deux dames du QUEBEC donc francophones, et trois de l'ONTARIO anglophones, mais plus ou moins bilingues.

Avec ma pointe d'ironie caustique et gauloise , que puis-je préciser sans abuser ? :

TRES BAVARDS : peuvent causer en francais ou anglais indifféremment, rire à gorge déployée à tout moment,
S'il y avait eu une faune plus abondante, leurs causeries le long du chemin eussent assourdi oiseaux et mammifères...

DES AFFAMES PERPETUELS : ils m'ont donner le sentiment qu'ils mangent beaucoup et souvent, un peu dans la lignée de notre vision de l'américain moyen lequel s'empiffre de cochonneries industrielles garnies de gras (FAT in english). Mais cette attitude s'est très nettement estompée après les premiers jours de rando, leurs pratiques alimentaires devenant beaucoup plus raisonnables - saines - équilibrées dans les six derniers jours ; sauf un peu MEL, qui est un sacré gros mangeur, ce qui à mon avis explique son mal au genou (HOMME AU BLOC DE GLACE)

BIERE : ils feraient bonne équipe avec nos Nordistes de Lille ou des Flandres ; La canette de bière est indispensable à leur bonheur et leur survie. Et quelle cannette : ce sont des DEMI-Litres là bas !

MARCHEUR / RANDO : Peut-être un peu novices , motivation et abnégation pas encore bien encrées, résistance à confirmer, en tout cas pas suffisamment préparés et entrainés pour aborder des chemins beaucoup plus difficiles (dénivellés, longueur d'étape) tel que le Chemin de Compostelle que tous les Canadiens connaissent de renom. Pour les deux étapes les plus longues (seulement 25 KMS de plat précisons le), certains(es) se sont délestés(es) de leur sac à dos transporté en voiture, bien que leurs sacs fussent nettement plus légers que le mien (j'avais un peu d'excès de poids, pour conserver mon poids habituel de 12 KGS).

POLITIQUE ET INDEPENDANCE du QUEBEC :

Alors là, c'est le sujet qu'il vaut mieux aborder avec discrétion quand il y a des tenants des deux bords en présence.

Nos deux québécoises étaient de ferventes indépendentistes , quoique mettant un bémol à leurs aspirations. Toute la culture et les traditions du Québec se cristallise autour de la langue francaise, qui est l'officielle au Québec, et en théorie la deuxième langue officielle dans le reste du Canada, si j'ai bien compris.

L'évolution démographique et économique donne à la langue anglaise une prépondérance de plus en plus évidente. Le référendum sur l'indépendance, il y a une dizaine d'année, est désigné ici de Référendum Volé : on accuse les politiciens fédéraux véreux d'avoir en toute hâte accorder la citoyenneté canadienne à des dizaines de milliers d'immigrants, principalement asiatiques. Ce qui a fait basculer le résultat du OUI vers le NON à 50.000 voix près.

Et depuis, les vagues d'immigrants sont toutes à tendance anglophone et donc la perspective d'un référendum gagnant s'éloigne chaque année un peu plus.

S'adresser à des commercants, en plein QUEBEC, qui parlent essentiellement anglais et ne bafouillent que quelques mots de français, c'est hyper - frustrant !

Dans un journal qui trainait au gite de L'Orignal, j'ai noté un article montrant comment on peut cristalliser l'exaspération d'une catégorie de population. Le gouvernement fédéral prévoyait de commémorer avec eclat le 200eme anniversaire de la victoire des troupes anglaises sur les rebelles / séparatistes québécois (bataille de la Plaine d'Abraham). Vue du coté francophone, cette date est la plus triste et funeste de leur histoire !

A titre de comparaison, imaginez que la France demande à l'Europe de fêter la victoire de Napoléon à Austerliz ; ou bien que les Britanniques demandent à Bruxelles de commémorer la victoire de Waterloo ou de Trafalgar ; ou la Pologne celle de l'écrasement de la Bérésina. Imaginez la tête que feraient quelques uns des 27 pays de notre conglomérat d'Europe à 27 !