maj le 09/12/2016*F


GUY CHABANT     GR34 : Sentier des Douaniers Tour de la Bretagne

2eme partie: de PERROS-GUIREC a BREST
30 Mai au 19 Juin 2016 (19 étapes)


Jour 0 Jour 1 Jour 2 Jour 3 Jour 4 Jour 5 Jour 6
Jour 7 Jour 8 Jour 9 Jour 10 Jour 11 Jour 12 Jour 13
Jour 14 Jour 15 Jour 16 Jour 17 Jour 18 Jour 19

CARNET de Notes des 19 Etapes : total env 450 kms

La totalité du tour de la Bretagne, du Mont St-Michel jusqu'aux environs de La Baule, en passant par Brest , représente environ 1800 KMS et est décrit par QUATRE (ou CINQ ?) TOPO-GUIDES de la FFRP .

DEUX Topos sont nécessaires pour mon parcours de cette année :

Par contre, on souffre beaucoup de l'absence d'un MMDD (MIAM-MIAM-DODO) ou d'un équivalent. Les indications des TopoGuides sont trop sommaires pour servir utilement.

Il faut donc passer de longues heures sur INTERNET pour consulter les sites des Offices de Tourisme, des groupes touristiques régionaux (tel que "Pays des légendes", "pays du Tregor"), les groupements de gites et chambres d'hotes (tels que GITES de FRANCE ou CLE-Vacances) , des sites de randonneurs qui parlent des hébergements utilisés, les sites personnels des hébergeurs - hotels - chambres d'hotes - campings ... etc ... et au final téléphoner pour controler les infos trouvées et s'assurer avoir de la place.

Hélas , rien n'est exhaustif : c'est la galère pour trouver tout ce dont a besoin un randonneur itinérant A PIED, sans accompagnateur : emplacement par rapport au GR34, PRIX, disponibilités et compléments (Petit-Dej , Repas , demi-Pension, machine a laver), services à proximité, possibilité de CUISINER, à défaut Restaurants à proximité immédiate, horaires ...

l'autre GROS PROBLEME de la BRETAGNE, c'est la SAISON TOURISTIQUE :

* en Juillet ou Aout, probablement impossible de se loger , la plupart des hébergements sont réservés par les vacanciers ; la seule solution est le camping en autonomie complète, et encore, il n'est pas certain d'avoir une place pour une simple tente, sauf à prévoir le bivouac sauvage sur les plages (et c'est interdit à de nombreux endroits).

* beaucoup de lieux (Hotels , camping , Restaurants), ne commencent a ouvrir qu'au 1er Avril ou au 1er Mai, mais pas mal d'entre eux n'ouvrent que DEBUT JUIN.

* et de même en fin de saison, beaucoup ferment dès la 1ere quinzaine de SEPTEMBRE.

En conclusion, j'ai organisé la plupart de mes étapes en réservant d'avance , avec arrhes à envoyer, sachant qu'il y a très peu de gites classiques (dortoirs communs), et qu'il faut compter principalement sur les CHAMBRES d'HOTES , les HOTELS , et quelques rares CAMPINGS qui acceptent la location de Mobil-Homes ou Caravanes pour UNE SEULE nuit (à un tarif correct)

Par un randonneur suisse, FREDDY , que j'ai rencontré sur plusieurs étapes, j'ai aussi découvert que AIR-BandB disposait aussi d'hébergements dans de petites villes, et pas seulement dans de grosses villes ; l'ennui c'est qu'il faut obligatoirement avoir un accès WiFi pour réserver et payer par CB, et obtenir les coordonnées du propriétaire.

Problème des MAREES : Suivant le coefficient (faible = 80 à 90 , ou fort = plus de 100) , et le moment ou vous passez (pleine mer ou mer basse), vous aurez un panorama totalement différent. Cela est particulièrement évident loesqu'on remonte une rive de longue rivière ou un ABER ,le soir, et le lendemain matin on fait le parcours inverse sur l'autre rive. Mais le problème tient au fait que le sentier, en de multiples endroits, s'établit sur le bas de petites criques surmontées de rochers ou falaises, ou en bordure d'une plage sans "arrière-plage". J'ai la certitude que le randonneur malchanceux pourra au moins une fois se retrouver dans une situation critique : soit à déchausser et passer avec de l'eau (mais jusqu'ou : chevilles, mollets , genoux ou plus haut ??? ) soit à faire un grand détour à l'aveuglette (car rarement de balisage d'évitement, je ne crois en avoir vu que 1 seule fois).

Vous admirerez les splendides demeures, souvent en beau granit gris, isolées sur une pointe de terre, ou seules sur un ilot. Le rêve est permis...

FREQUENTATION :

En quasi totalité, c'est l'assurance d'une solitude permanente, vous ne rencontrerez quasiment aucun randonneur itinérant.

Je n'ai vu ou croisé que 3 ou 4 couples de randonneurs, dont un ayant fait 3 étapes identiques aux miennes.

Par contre, il y a un peu plus de CYCLISTES qui font un parcours semblable, mais évidemment sur route.

Les samedis et dimanches, on rencontre facilement des adeptes des TRAILS ou du JOGGING , et des groupes de randonneurs "du dimanche".

Lors d'un hébergement commun, j'ai rencontré quand même UN RANDONNEUR, avec lequel nous nous sommes retrouvés une dixaine de soirées ou nuitées, ayant réglés ensemble le maximum d'étapes communes : un charmant SUISSE germanique mais parlant très bien Francais : il s'agit de FREDDY GYGER.

Il a pris plus de un mois de congés, pour randonner sur toute la Bretagne NORD depuis le Mont St-Michel jusqu'à BREST ; bien que n'ayant jamais fait de longues randonnées précédemment, je l'ai trouvé en excellente forme alors qu'il avait déja environ 500 kms dans les jambes !

TABLEAUX Excel

Document
Contenu du document
  Tableau des Distances des Etapes
  Tableau de tous les Hébergements que j'ai répertoriés
  Résumé de mes hébergements choisis
   

 

Résumé

Le sentier des Douaniers longe réellement le bord de mer , sauf à quelques rares endroits ou les baliseurs ont pris la fantaisie de faire ballader le GR34 à l'interieur des terres. Dans ces cas, j'ai pris l'option de suivre la route départementale qui longe la mer, et qui ne présente en vérité aucun danger (on n'est pas en plein été), et qui raccourcit évidemment le parcours.

Sur quelques étapes, le sentier passe en haut de falaises ou bords escarpés, et vous cumulez une succession de petits dénivellés abrupts, souvent formés par des escaliers de bois ou de béton. Par temps clair, la vue est magnifique, la mer est d'un bleu limpide, on ne s'en lasse pas. Même si les plus grands dénivellés sont de l'ordre de 50 à 80m, en cumulé chaque jour vous aurez en moyenne dans les jambes environ 500m en positif (montées) et autant en négatif (descentes)

Sur d'autres étapes, on parcours des Kms de dunes de sable à l'infini , avec la végétation particulieres de ces landes.

L'hébergement est essentiellement en Chambres d'Hotes , en Hotel , plus rarement en camping (2 fois, une en caravane, une en bungalow). Le ravitaillement est assez dificile, et le plus souvent le repas du soir se prendra en 1/2 pension ou bien au restaurant le plus proche,

L'accueil est très varié, mais dans l'ensemble convivial et de bonne qualité.

En longeant la mer, le sentier passe rarement au coeur des villages, lesquels d'ailleurs ne comportent plus de commerces alimentaires (ou autres), ceux-ci se retrouvant en périphérie des gros bourgs en hyper ou super-marchés. Pour le randonneur A PIED, sans accompagnement motorisé, c'est un vrai problème.

C'est pourquoi le plus souvent , le repas de midi se limite à un léger casse-croute , et par contre, le soir , c'est le plus souvent le restaurant le plus proche. ET là, c'st tous les produits de la mer, poissons ou crustacés, qui permettent de se nourrir agréablement , sainement et délicieusement.

Sur le parcours, quelques villes d'étape qu'il fait bon visiter : Morlaix , Le Conquet , Roscoff , ...

Contrairement à l'année précédente (tronçon ST-MALO à PERROS-GUIREC) , qui avait été fort pluvieuse, nous avons eu un temps fort clément, peu de pluie , un mélange de journées ensoleillée ou nuageuses, donc quelques une avec un vent très fort. En résumé, une BRETAGNE plus agréable que la croyance populaire.

Au plus on va vers l'Ouest, au plus nous entrons dans la Bretagne celtique, avec des noms de lieux imprononcables pour un français latin.

Jour 0 : 9kms , 2h30

Trajet SNCF de Lille à LANNION + TiBUS pour PERROS-GUIREC .

Petite étape de 9 km l'Après-Midi jusqu'a PLOUMANACH. Magnifique , et extraordinaire parcours dans le chaos d'énormes blocs de GRANIT ROSE.

De nombreux touristes se balladent sur le sentier très bien aménagé et sans dificultés. Passage auprès du joli phare du MIN-RUT.

Magnifique chambre d'hotes à Ploumanach , TI-MINA , avec une grande pelouse ensoleillée ou il fait bon se reposer. Nombreux restaurants dans le petit village.

            

Jour 1 : ILE-GRANDE : 23 kms 7h

Le sentier se poursuit le long de la magnifique "Cote de Granit ROSE" , nous passons entre d'énormes rochers aux formes lisses et arrondies. Des petits chateaux trônent sur de petites iles. Au passage sur la digue de TOURONY, deux constructions uniques : des MOULINS a MAREE. Quelques belles plages de sable blanc , comme la "GREVE BLANCHE" à l'ouest de Trégastel. Je fais le tour de l'ile de RENOTE comme suggéré dans le guide. Je prend la D788 en bord de mer, de KERENOC a PENVERN , au lieu de l'énorme détour en direction du Radôme. Arrivée au Camping ABRI COTIER ou je logerais dans l'un des bungalows. le problème étant qu'il n'y a aucun commerce sur l'Ile Grande, même pas un bar, et que le seul restaurant ouvert ce 31 Mai est à l'autre bout de l'ile (et pas certain). Belle journée ensoleillée, la mer est d'un bleu délicieux.

                              

Jour 2 : LANNION : 27 kms (ou 28,9) ..9h ..+395m / -383m

Lever très tôt pour une assez longue étape , sous un ciel très gris, et quelques petites pluies. Le tour de l'ILE GRANDE passe coté ouest à la station de la LPO ou je m'abrite quelques instants , avec beaucoup de mouettes, certaines dans la volière. En fin du tour, on longe l'une de ces nombreuse baies-vasières , et on voit un lavoir très simple ; Je poursuis par la D788 et à TREBEURDEN le GR passe dans des rues en hauteur pour aboutir au port. J'y suis vers 10h30, et je fais mon petit en-cas dans la LAVERIE (et oui, quand il pleut, c'est un endroit tout à fait agréable pour faire halte). A remarquer la digue et la promenade protégées par un glacis de blocs de granit rose (il y en a d'autres exemples).

Le sentier est humide, étroit, très mal entretenu vers la pointe de Bihit. A PORZ MABO, je fais conversation avec un petit vieux de 86 ans. Une colonie d'HIRONDELLES virevolte dans les airs. A remarquer la zone humide en réhabilitation de Gwet-Ar-Gom, située entre deux hauteurs de la cote. Arrêt de 1/2h pour le picnic à l'ancien phare de BEG LEGUER. Du Phare à la casemate, le sentier est hélas d'un entretien horrible. Cette casemate indique l'entrée de la rivière LE LEGUER, que l'on va parcourir , rive Nord, pour au moins 5 kms, sur un très agréable chemin de halage , large, bien entretenu, et ou l'on rencontre quelques joggers, et des groupes de marcheurs. Arrivée à LANNION, coeur de ville ancienne avec maisons à colombages ; j'y dormirais dans un gite de randonnée, situé à l'étage d'une boulangerie La Mie De Pain (gite Entre Terre et Mer). Le boulanger sympa loge aussi des stagiaires qui veulent apprendre à faire du pain. Repas au restaurant Le Tire-Bouchon , mais hélas le choix est limité car la moitié des restos sont fermés le soir.

                              

Jour 3 : St-EFFLAM : 23 kms ..9h .. +517m / -522m

On longe cette fois-ci le LEGUER par la berge Sud, sur environ 3 kms, puis s'élève légèrement pour passer en forêt toujours pas loin de la berge. On a droit à un passage super boueux, anciennement arrangé avec des palettes mais qui sont maintenant toutes délabrées. Je croise une petite marcheuse du jour. On est à marée basse, ce qui offre une vue toute différente de la veille sur le large estuaire de cette rivière. On arrive au YAUDET , avec son petit port, sa chapelle (à voir, très rare : une Vierge couchée) et sa rue très pentue qui redescend à 15% !

Passages très sécurisés autour de la pointe du Dourven, à cause d'éboulements de falaises. Très étranges petites constructions de galets ronds, en forme de chapeau conique. A Locquemeau, des hirondelles, mais aucun commerce , et un violent vent glacial. Le sentier serpente en haut de la cote escarpée et couverte de buissons. Deux passages humides bien aménagés avec des planches bien neuves ; quelquefois, les buissons ont été taillés en forme de tunnel. Tout cela est bien agréable. rencontre avec deux couples de randonneurs.

Vers la point de Beg-Ar-Form, on vous fait une petite frayeur avec un panneau "Variante jaune recommandée pour les personnes sujettes au vertige. Passages en falaises délicats". En vérité, aucun risque, le chemin cotier ne présente aucun risque, à mon avis bien sur, car je n'y ai trouvé aucun passage difficile !!!

A St-MICHEL-en-Greve, l'église mérite une petite visite , mais aussi le BAR pour s'y mettre au chaud ; surtout pour moi pour faire une bonne pause car mon gite du soir n'ouvre qu'à 17h , et mieux vaut attendre ici plutôt que devant une porte fermée. La encore, le GR34 va se ballader dans les collines de la campagne, alors qu'il est bien plus simple de suivre la route D786 (ou la plage, mais bien reprendre la route avant la fin de la plage avant un gros ruisseau) . ET qu'on ne vienne pas prétendre à des raisons de sécurité, la route dispose d'un trottoir coté mer bien séparé, même dans la zone étroite autour d'une pointe rocheuse. Et c'est sur cette fameuse plage que vous verrez des amoncellements des ALGUES VERTES (des engins les mettent en tas), et que vous pourrez en sentir l'odeur.

A ST-EFFLAM, je suis hébergé dans le Relais des Voiles , qui est plutot un petit hotel provincial qu'un gite de rando. Petite ballade dans cette petite station balnéaire qui s'étire au long de la route, ou l'on remarque quelques maisons originales (une d'inspiration arabe / marocaine) ou manoirs belle époque.

                                    

Jour 4 : PRAJOU : 22 kms .7h .. +459m / -391m

Ne pas manquer au départ de voir l'ancienne Fontaine St-Efflam, datant du XVIeme, la croyance lui attribuant le don de prédire l'avenir aux jeunes fiancés. Chemin très accidenté autour de Kercoz : montées et descentes à profusion. Deux marcheuses sans sac me doublent. Au fond de la grande baie, belles ruines des THERMES du HOGOLO (époque gallo-romaine);

Il est tentant de tirer un trait droit pour atteindre le sentier qui passe en face à moins de 100m. Hélas, et ce sera des dizaines de fois identique, il faut, y compris ce jour à marée très basse, faire un long détour pour contourner un ensemble de zones sableuses, zones de vasières semées d'une herbe drue et dure, parsemées de ruisselets et surtout de gros ruisseaux : ceux qui tenteraient l'aventure sans bottes hautes sont assurés de devoir faire demi-tour. !

Peu après on franchit la rivière Douron sur un pont , et c'est le début du département français Pen-Ar-Bed (en breton évidemment).

Il y a de nombreux camping-cars ou caravanes tout au long de nos 3 semaines de randonnée. Ici, sur la longue drève en bordure de la plage de Locquirec, ils s'alignent bien sagement. A marée basse, il est possible de suivre (ce que je fais) la plage de sable et longer les rochers, au lieu de monter sur la route dans la ville. LOCQUIREC est une jolie petite ville, avec un port et quelques commerces. J'y fais ma halte picnic, mais pas longtemps car il fait vraiment froid. Mais à la pointe (en sortie du village), erreur de ma part ou balisage invisible : je passe sur le sable, puis sur les rochers, et je galère au moins 15 minutes a passer avec précaution de rocher en rocher aux arêtes coupantes. Je retrouve enfin le sentier , et voici encore une plage nommée des SABLES BLANCS (il y en aura de nombreuses).

Après le "Moulin de la Rive", on constate sur la carte que le sentier, très étroit et herbeux, passe en contrebas de la petite route D64a , que je préfère emprunter car elle offre un meilleur panorama , et est bien sur bien plus agréable à la marche. J'y ai la surprise de rencontrer une trentaine de Hollandais , venus en groupe avec 9 voitures qui stationnenet au belvédère - table d'orientation du March-Man. Le sentier monte et descend jusqu'à l'anse de PRAJOU, ou je monte par la petite route jusqu'au GITE "ESCALE DE TROBADEC" situé à environ 1km. Dans la montée, magnifique MOULIN avec une grande roue à aubes, et qui tourne pour de vrai ! Juste à coté du gite, aller visiter le MUSEE des Arts RURAUX du TREGOR, qui est un immense bric-à-brac de vieux objets agricoles anciens, vieux outillages de forgerons ou menuisiers.

Quoique le logis soit assez sommaire, il est super convivial, et ce jour l'hotesse a réussi à me loger (c'est un avantage d'être seul) malgré la présence pour plusieurs jours d'un groupe d'une vingtaine de PLONGEURS, lesquels viennent de pêcher une grande quantité d' ARAIGNEES DE MER. Lesquelles vont bouillir dans la lessiveuse, et seront le plat principal de la soirée. L'hotesse va méticuleusement (je l'admire) décortiquer une de ces bestioles pour moi, ce qui fera une entrée succulente pour mon repas du soir, complété par beaucoup de légumes frais (tomates, concombres, oeufs), avec une brandade de morue. Après le repas , Marie-Laure m'emène avec elle à un concert , car elle y est correspondante locale pour le journal régional. Très déconcertant, ce poéte-chanteur-musicien CLAUDE PELOU, mais l'expérience est enrichissante.

                                                              

Jour 5 : SAINT-SAMSON : 22 kms ..8h .. +638m / -391m

Du gite, on rejoint le GR vers la pointe de BEG-AN-FRY. Encore une journée grise, ciel bas et sans relief, avec une légère brise. On marche dans un sentier n'arrêtant pas de montées et descentes au bord de falaises quelquefois impressionnantes, et cela à travers fougères et ajoncs. A un endroit, le GR se perd dans les fourrés, et je remonte sur un gros chemin plat qui débouche sur la route D79. Et à nouveau une forte descente suivie d'un montée toute aussi dure, pour contourner une falaise aux mouettes ; nombreux escaliers de bois.

Sur ces passages accidentés, on voit apparaitre des panneaux "S.O.S. 251-18" (par exemple) permettant de signaler aux secours ou pompiers, l'endroit d'un accident ou d'un malaise.

Et enfin on atteint la plage de ST-JEAN du DOIGT. Ayant oublié de prendre de l'eau au gite, je trouve un gentil MR qui me remplira ma gourde à PLOUGASNOU. Parcours agréable en particulier dans les landes de la pointe de PRIMEL-TREGASTEL, avec un arrêt pic-nic sur la plage de ce village , plage qui de mémoire est faite de gros galets ronds et non de sable. J'y croise un couple parti de Morlaix (faisant le GR en sens inverse) auquel je conseille le gite de Prajou ; peu après un autre jeune randonneur passe aussi : voila du monde ! A remarquer l'une des premières guérites (maisonnettes servant d'abri aux DOUANIERS à la belle époque)

Le soleil pointe son nez en après-midi, on entre au DIBEN , précédé par quelques chantiers navals, ou l'on frole le port (des propriétés privées bouchent le passage). Suit une immense plage de gros galets ronds, surplombée par une digue elle aussi de GALETS sur lesquels on marche plusieurs centaines de mètres, un vrai calvaire à se tordre les chevilles.

Arrivée du GITE , qui est un très beau hotel-restaurant en hauteur au dessus de la plage de ST-SAMSON, et donc avec une magnifique vue sur la mer depuis la salle du resto. Je visite un les lieux (un tour quand même de 4 kms) , une jolie chapelle mitoyenne d'une propriétaire privée, et en bord de plage, la résidence ODALYS ou je discute avec un couple en vacances, originaire de "chez moi" à Neuville-en-Ferrain. le repas du soir sera excellent, mais dans une salle bondée d'ANGLAIS, une cinquantaine, venus ici pour un jumelage de villes.(Morlaix + Torhout en Cornouailles), et en plus 8 cyclotouristes (mais pas dans la partie dortoir de randonnée ou je serais bien sur seul).

 

                                                              

Jour 6 : MORLAIX : 21 kms ..6h30 .. +248m / -278m (un Dimanche)

Le temps s'améliore, le ciel est nuageux mais avec un brin de soleil et surtout aucun vent glacial.

Après TERENEZ, le sentier manque d'entretien, on passe à travers des herbes hautes qui diffusent du pollen collant. Et, incroyable et jamais vu, ce pollen est semblable à de la farine blanche, j'en suis recouvert sur les bras, les vêtements et aussi le sac à dos ! Ceci me conduit à prendre la route, plutot que le sentier, sur environ 2km jusqu'au fond de la baie de TERENEZ. D'ou l'on fait le tour complet de la presqu'ile de BARNENEZ. Je fais une halte face à la petite ile STEREC. (avec sa petite maison isolée).

On longe sur plus de 5kms la rive Est de l'embouchure de la rivière de Morlaix, avec de très nombreux parcs à HUITRES ou a PRAIRES (la Palud Keramel). On atteint un parking terreux, proche d'un chateau, avec pas mal de touristes et de jeunes. Le coin est correct pour faire soin arrêt du midi, sur un banc, dos au soleil et face à la baie. Peu après, c'est LE DOURDUFF très fréquenté avec plusieurs bars ou restaurants. Après un grand pont, on s'écarte de la mer et entrons dans une forêt ou en trouve une grande tour à l'utilité inconnue mais totalement taggée ; puis on monte dans la campagne, on passe auprès du LYCEE AGRICOLE SUSSINO. A Ploujean, en ce dimanche, c'est la fête avec une brocante. On passe dans le parc du chateau de Keranoux, avec un pigeonnier extraordinaire (une tour en pierres surmontée d'un dôme sphérique)

Enfin, on redescend, passons sous l'autoroute et c'est l'entrée dans MORLAIX en longeant son port et ses écluses. Je coucherais ce soir à l'AUBERGE de JEUNESSE qui est de l'autre coté du port, mais hélas, le dimanche personne à l'accueil jusqu'à 18H. Avec un peu de chance, j'arrive à entrer, la dame qui termine l'entretien me permet de laisser mon sac et chaussures (il n'est que 15h00) , et j'irais me ballader dans la ville pour meubler l'attente. Visite du bassin, passage sous l'immense viaduc qui surplombe la ville, visite de la cathédrale et des vieilles rues, une bonne bière dans un café du centre, repérage des restaurants ouverts (Dimanche SOIR, c'est rare !)

                                                                     

Jour 7 : CARANTEC : 20 kms (Gr34 pur = 25kms) ..7h .

Le départ de Morlaix se fait sur les quais rive Ouest, en longeant les bassins pleins de bateaux de plaisance, les écluses, on repasse sous le viaduc de l'autoroute, jsuq'à un belle Maison de Retraite dans un batiment ancien (style Hospice) à 2,5kms du départ.

La encore, je préfère suivre la D73 en bordure de rivière, afin de profiter du panorama très large sur la rivière (à marée haute ce jour), plutot que suivre le GR34 qui va encore une fois faire un immense détour sans raison apparente. On retrouvera le GR34 environ 700m avant l'entrée de LOCQUENOLE (sur une aire de parking). ce village est mignon, avec un église en réfection interieure totale (grattage des couches d'enduits), au clocher très typique. Encore un joli LAVOIR, puis la sortie de ce village est un peu compliquée par un mélange de balisages ( GR , Jaune , Compostelle) ; au final, on est sur la bonne voie quand on passe devant le Cimetière , direction tout droit sur Cobolan ! Là encore, deux petits détours stupides du GR34, il suffit d'aller tout droit, en passant devant le Chateau ST-YVES. et atteindre le PHARE de La LANDE (propriété privée, on voit mais ne visite pas). je m'y arrête une bonne 1/2H , et voila du passage : une cavalière , un groupe de CYCLOS randonneurs bien chargés, et 4 vieux randonneurs de Dijon qui von jusqu'à ST-BRIEUC : décidément , il semble y avoir plus de gens faisant le chemin en sens inverse qu'en sens normal !

On rejoint la mer à TY-NOD (un donjon féodal ?) , et à cause d'un propriétaire privée, le sentier est détourné par grève de galets plats, sur au moins 500m (passage facile à marée basse, mais à pleine mer de fort coefficient, je pense que cela est impossible). Ensuite le sentier passe entre une immense plage et le GOLF de CARANTEC, et on passe au Parc Municipal (nommé GOUDE) situé en balcons au-dessus des parcs Ostréicoles sur la cote Est. J'y fais l'arrêt du midi, sur une belle terrasse ou sont alignés des PALMIERS. De cette pointe , beau point de vue sur deux remarquables éléments : l'Ile ROC'H (et son unique maison-phare) , et l'ile du Chateau du TAUREAU (citadelle de Colbert je crois). Sentier probablement mal balisé, car je poursuis par la plage, puis des zones rocheuses (pointe du Cosmeur), et à nouveau la plage jusqu'au poste de secours.

Je dois faire le tour complet de Carantec, qui vu du bord de mer , semble être un tissu de maisons éparpillées et de hameaux, et cela se révèle fort long. Je dois en sortir quelques part du coté Ouest, au niveau d'un ancien établissement ostréicole, pour rejoindre ma Chambre d'Hotes. je n'arrive pas à me repérer dans le lacis de rues, et au final mon logeur vient me chercher en voiture. je vais loger chez Mme Castel, ch LA BERJERONETTE ; située à environ 400m d'un super Casino, ce qui est pratique pour se ravitailler pour les prochains jours (car ici en 1/2 pension). AMUSANT : c'est sur la grande plage de Carantec, à mer basse, que vous verrez un PLONGEOIR qui plonge sur le vide (ou mieux sur les bancs d'algues délaissées par la mer) !

Journée chaude et humide le matin, ciel de plus en plus nuageux et gris l'après-midi. mais ni pluie ni vent, et beaucoupde brume sur la mer (hélas pour les photos avec un aspect laiteux).

C'est dans cette chambre d'hotes que je me trouverais pour la 1ERE fois avec d'autres randonneurs ,
en photo ci-dessous : un COUPLE , et le suisse FREDI GYSER ; (la dame à coté d elui, c'est la gentille et souriante hotesse)

                                                                                          

Jour 8: ROSCOFF : 22 kms (ou 23) ..7h30 .. +252m -244m.

Après les photos du Petit-DEJ avec les 3 autres randonneurs, départ sous une brume épaisse qui cache tout ! Après le passage à travers le Camping "Les Mouettes" , le chemin devient très herbeux et super humide, ce qui m'oblige à mettre mes GUETRES (accessoire de randonnée que je conseille fortement).

Au Pont de Corde, on traverse une large rivière, et peu après à ST-YVES il y a un passage très délicat du sentier, qui, sur 20 ou 30 mètres est coincé entre une rangée de buissons (à gauche) et le bord de mer qui vient frôler jusqu'au pied de ces buissons, à marée haute. Même en m'agrippant aux branches, pour passer au plus haut, impossible de ne pas se mouiller les chaussures ! Et pourtant nous ne sommes qu'avec un faible - moyen coefficient de marée. FREDI qui y passera seulement 1/2H après moi, me dira n'avoir eu aucun problème.

A nouveau des établissement de VENTE d'HUITRES , tels que "Les Belles de l'Ile Kallod" (le randonneur en automobile doit pourvoir s'éclater les papilles), et un LAVOIR à Kerouliou (Pinvidic). J'atteint vers 10h30 la pointe ST-JEAN, d'ou l'on devrait avoir une vue magnifique sur Carantec et les iles CALLOT : hélas , avec la brume , snif - snif !!

Nous entrons dans une zone très maraichère, on longe , à gauche, des champs de : ARTICHAUTS , Pommes de Terre , CELERI , POIREAUX ..... Et hélas, il n'y a pas que des randonneurs respectueux d'autrui, le chemin est parsemé de "M..DE" de chiens . Arhhh !

Passage très caractéristique au fond d'une baie étroite, on passe sur une digue qui retient un étang 2 mètres au-dessus du niveau de mer haute, et on longe le mur d'enceinte d'un chateau (de KERNEVEZ). Peu après Pempoul (avant point 18 du TopoGuide), je vous conseille de faire comme moi, et d'aller faire le tour de la presqu'ile STE-ANNE, reliée à la terre ferme par une étroite langue bitumée. L'ile est un monticule, entouré de prairies aménagées en espaces de jeux pour enfants, mais ou des colonies de lapins doivent s'être établies. Au sommet rocheux, restes d'une ancienne tour de guêt. Arrêt pic-nic compris, cela ne m'a pris que 1h20.

Peu après le Camping du TROLOGOT, un autre passage à problème à marée haute, sur environ 20m en bordure de rochers (plage de Kersaliou). Encore une immense plage dite de la Grande Greve, puis on approche de ROSCOFF quand on passe au-dessous de la voie de Chemin de Fer, et juste après c'est le JARDIN EXOTIQUE.Certainement interessant, mais l'entrée est hélas payante, et fort cher. J'ai tenté le chemin à droite, mais qui abouti à une falaise (avec belle vue sur le port), en fait il se contourne par la gauche et l'on arrive à la zone portuaire des BRITTANY - FERRIES. Assez bordélique pour s'y retrouver, pas de balisage correct, Pour vous aider : large rue droite "Grand Torrington" , et au bout le big hotel BRITTANY (en réfection de façade ce jour) , et la CHAPELLE STE-BARBE. Montez sur son promontoire, la chapelle vaut la visite (quoique elle soit fermée). En dessous, un immense parc ostréicole. Je suppose que la vue serait splendide par temps ensolleillé !! (hélas tout gris et brume pour moi). je discute avec un couple de tourites, puis c'est la magnifique promenande sur la belle esplanade de ROSCOFF, face au vieux port, et toute la ville et ses façades de maisons bourgoises.

Arrivée à l'HOTEL d'ANGLETERRE, hotel ancien que certains jugeraient vieillot, mais tout à fait convenable pour moi (et d'ailleurs pour FREDI qui y viendra aussi), tarif agréable pour le randonneur peu argenté, hotesse très charmante et affable, atmosphère feutrée de bois ciré, et surtout : en plein centre de ROSCOFF , à 100 m de l'EGLISE : à visiter impérativement : superbe baptisphère, toiture en nef de bateau, frises peintes colorées , aigle royal doré, statue de ST-JACQUES (de Compostelle). Voyez aussi les murailles-digue qui protègent la ville des vagues, et l'immense débarcadère pour les bateaux qui vont à l'ILE DE BATZ (le randonneur qui n'est pas tenu à un planning a tout intérêt à séjourner un jour de plus pour aller dans cette ile), maisons avec des lucarnes typiques, etc ... ROSCOFF vaut d'y séjourner, et au moins d'y arriver assez tôt pour visiter un maximum.

Et je termine par le repas du soir à l'Hotel (1/2 Pension) avec l'ami FREDI GYSER .....

                                                                                          

Jour 9: MOGUERIEC : 21 kms ..6h30 .. +130m -121m.

Au départ, je suis la rue de mon hotel, et retrouve le GR à la plage de Goaz Rouz. Au bout du golfe des centres hélio-marins, le sentier passe sur une belle digue rectiligne qui retient une zone marécageuse. Sur la partie dunaire qui suit, je rencontre un couple parti de Roscoff hier et qui randonne jusqu'à LANILDUT , et surtout en sens inverse un groupe de 12 randonneuses (que des femmes). La plage de Pouldu-Palud-Santec est en travaux de consolidation (rondins de bois). Je marche sur le sable jusqu'au bout, sans dévier contrairement au trajet indiqué par le topo_guide. Ensuite, nous voici à nouveau dans des cultures maraichères, ici ce sont d'immenses champs d'OIGNONS.

Je fait une halte au port du DOSEN, d'ou en théorie je devrais avoir un panorama magnifique sur l'ile de SIEC : hélas, encore une journée totalement grise et brumeuse à souhait !!

Je décide de poursuivre au maximum sur le sable de la plage, et non pas de passer comme prévu par le GR à travers la forêt de Santec. Ceci me permet de faire une grande causette avec des institutrices, qui sont ici pour une semaine avec leurs classes de jeunes enfants (des 9 - 10 ans) venat de la ville de VITRE. Lesquels enfants jouent avec joie, et ne sont pas du tout perturbés (comme nous les adultes), par le temps décevant. Au bout du parcours, j'atteint le fameux petit PONT qui permet de traverser la rivière, sans faire un immense détour (regardez le topo-guide page 37, c'est édifiant) Il est midi , je fais ma halte sur un banc très sympa à KERBRAT , face à un Bar à Vin "Toul An Ouch" (ah ! ces noms BRETONS !!).

Et un KM plus loin, j'ai la grosse surprise de découvrir FREDI allongé dans les herbes hautes, en train de faire une sieste (chance : il y a une eclaircie de soleil !). Et ensuite sur la plage dite "Toul An Ouch" , une groupe d'une dizaine de randonneurs fait son pic-nic (petits sacs à dos, rando en étoile avec accompagnement sur Plouescat). Et le soleil se met à chauffer brulant , c'est surprenant ce passage subit de la brume au grand soleil. Et de la pointe, on est à moins de 600m de MOGUERIEC qu'on aprecoit en face, et pourtant il va falloir faire environ 4 km jusqu'au fond de l'ANSE DU GILLEC , puis autant de l'autre coté !!!

Joli parcours dans un massif dunaire, protégé par des palissades, entre joncs et ajoncs et plantes à fleurs jaunes. Cette zone se nomme "Theven Pen An Dour" (espace naturel protégé)

Au très joli moulin de Kerlan , je croise un groupe de 4 randonneurs du jour.

Arrivée à MOGUERIEC à marée toute basse, les 4 gros bateaux de pêche sont au sec, comme suspendus à leur amarres fixées au quai.

L'hotel LA MARINE est très agréable, modernisé, et c'est un plaisir de prendre une bonne bière en terrasse , face au port ! Un couple de randonneurs y couchera aussi, un groupe passera, et surtout voila FREDI qui pointe son nez vers 16h30. Et une 2eme bière avec lui , avant qu'il reparte, car il n'avait pas pu réserver à l'Hotel de Moguériec (et oui, petit hotel et il fallait réserver longtemps à l'avance). Il a trouvé une chambre d'hotes vers KERFIAT (et il me dira que sa gentille hotesse lui fera même à manger, exceptionnellement).

                                                                                                        

Jour 10 : KER EMMA : 29 kms ..9h00 ..+265m -196m.

Départ pour une longue journée. Beau sentier à travers un parterre de grandes fleurs jaunes , puis on longe un club de vacances luxueux, encore une anse étroite à contourner (Kerbellec) , puis gros rochers aux formes étranges dans la lande, et de magnifiques champs d'artichauts. Un peu plus loin, découverte de 4 tentes en camping sauvage sur une petite plage (vers Kerfiat). Au port du POULENNOU, je retrouve les 2 couples de randonneurs qui étaient à Moguériec, l'un de WATTIGNIES (tout près de chez moi), l'autre de Seine-et-marne.

A An-Armied, il faut aller admirer le Corps de Garde datant de 1744, dont le panneau déclare "pour servir de relais dans l'émission de signaux entre les Corps de Garde de Lavillo à 1,5km à l'Ouest, et de Théven-Bras à 1,5km à l'Est en cas de menace de navires ennemis. Il pouvait abriter 3 ou 4 guetteurs".

Sur la plage qui suit, des groupes d'enfants s'initient au Kayak et au PADDLES. Puis c'est le corps de Garde de LAVILLO, lui aussi construit et blotti dans de gros blocs de rochers. Je fais une halte au Port de KERFISSIEN , et le couple de randonneurs + FREDI, qui me suivaient, me doublent .... Parcours sur l'herbe rase des dunes, et paysage faisant penser au désert au camping du POULFOEN , à cause d'une immense pelouse d'herbe sèche et jaunatre.

Vous apprenez un nouveau mot : "Pelouse AEROHALINE" ; et dans cette pelouse (ou lande fleurie) se dresse un rocher exceptionnel en forme de doigt dressé de 10m de haut (le MENHIR de CAM LOUIS)

Beau parcours dans cette dune avant d'arriver à un amas rocheux nommé Roz Men Goubars , et peu après (et 1,5km avant PORS GUEN) halte repas et sieste , complètement au soleil et face à la mer.... moments sublimes de bonheur ....

Belle sculpture en granit gris d'un HIPPOCAMPE à Pors-Guen.
Encore une grande anse à contourner (anse de KERNIC) , alors qu'avec un peu d'audace et de pieds dans l'eau, on a l'impression que ce serait facile de passer sur l'autre coté.
Cette anse est une immense étendue de sable humide, ou une école de voile (CHARS A VOILE) entraine des jeunes gens. Au fond de l'anse, à PONT-CHRIST , grand hotel moderne, bar , restaurant et CASINO (pour jouer et perdre votre fortune).

Et à partir de là, de KERNIC à KER-EMMA , sur environ 11 kms , on navigue dans d'immenses zones dunaires lègèrement vallonnées. bordée d'un immense plage qui serait un lieu fréquenté par les KITE-SURF, mais ce jour , seul un cavalier solitaire galope sur le sable.

A voir , la CHAPELLE de ST-GOUVREAC ; et enfin j'arrive vers 17h15 au CAMPING , ou m'attend une petite caravane sommairement aménagée, et réservée aux randonneurs. FREDI arrivera un peu plus tard et réussira à se faire attribuer une 2eme caravane pour lui. Pas de restaurant, pas d'épicerie même minuscule, heureusement que le gardien avait bien voulu faire quelques achats de nourriture pour nous.

                                                                                                                      

Jour 11 : Menez-Ham : 19 kms ..6h00 ...

Temps gris , départ sous une petite pluie ...
On passe devant la Maison des Dunes (musée), mais fermé à cette heure, puis un large chemin pavé de traverses de bois.
On longe les marais du Goulven , et on arrive à PLOUNEOUR-TREZ, ou je m'arrête dans l'église.

On traverse un camping, puis un chemin herbeux et trempé par la pluie. Je m'abrite vers la plage du Lividic, dans un petit abri de bois, car il est souvent très difficile de trouver un endroit pour poser le sac.

a BRIGNOGAN, j'ai la surprise d'apercevoir , dans un restaurant , sous verrière, le 2eme couple de randonneurs en train de se régaler d'un très bon repas (car ils terminent ici leur semaine de rando). Environ 2km plus loin, magnifique "Hotel de la Mer" , avec un style roccoca belle-époque 1900.

J'arrive au MENEZ-HAM vers 14H , magnifique site aménagé avec d'anciennes longères transformées en gite et restaurant. FREDI me suis à quelques minutes, et nous nous attablons ensemble au restaurant pour des CREPES, Cidre et autres nourritures.

hélas, les gites étaient pleins (réservés par des gens d'un mariage), et donc chacun de nous avons du réserver un peu plus loin :
** moi à KERLOUARN , au n°2 rue de la Digue (environ 1,5km encore à faire)
** FREDI , plus loin, beaucoup plus de mémoire , à GUISSENY.

Le soir, je retournerais au restaurant du Menez-Ham ( trajet 2 fois 18 minutes , soit 3km).

                                                                            

Jour 12 : Lilia - Kervelt : 31 kms ..9h00 ..+294m -316m.

La longue plage qui va de St-Egarec à Boutrouille est bordé d'une dune dont le flanc s'érode et est mangé par la mer. Le' sentier y est rempli de POUX de Mer, petites bestioles blanchatres qui par milliers sautent devant vos pas. Un peu plus loin, un club sportif ornagise un terrain de VOLLEY-BALL de plage.
vers la pointe du NEIZ-VRAN , apparait une casemate de la 2éme guerre, puis encore une autre grande baie à contourner, celle de TRESSENY.
autour de celle-ci, il y a beaucoup de déviations à cause d'éboulements de falaises de sable, et sentier est très mal désherbé, beaucoup d'herbes mouillées.
Le fond de cette baie est une immense vaselière d'herbe verte entrecoupée de centaines de petits ruisselets profonds (lieu dit COUFFON).
Arrivée à GUISSENY , visite de l'Eglise et lecture de la légende du SAINT ; et bien que ce soit tôt, j'y fait ma halte du midi.

Je retrouve FREDI un peu plus loin, il est certainement parti très tard ce matin, et nous faisons un petit parcours ensemble jusqu'au CURNIC ; il faut admirer l'immense digue qui retient les Marais à gauche , qui sont une zone de réserve pour oiseaux (le sentier passe évidemment sur cette digue). Très beaux restes d'une Batterie de Canons à la pointe du Curnic, et gros vent au changement d'orientation. .

A chaque pointe, on passe d'une zone assez abritée du vent , à une zone fortement ventée. Cela chasse les nuages, le ciel devient de plus en plus bleu.

Suit un long parcours dans des dunes à travers les fougères, en partie en altitude , et vers 15h j'arrive à la plage de MOGUERAN - IZELLE. (encore une plage nommée "Greve Blanche" ). Il me reste encore 9km environ pour faire le tour de cete cote pleine de contours au bout de la commune de PLOUGERNEAU, j'avoue que je suis un peu fatigué de cette trop longue étape.
Peu après le lieu-dit PORZ-GUEN , au point 57 du TopoGuide, pointe de BEG-MONOM, vous apprenez que la commune de Plougerneau comporte de nombreux sites proto-historiques, datant de l'age de bronze ou de fer (plusieurs milliers d'années avant J-C) , j'avoue ne guère avoir apercu ces talus et fossés fait par la main de nos ancêtres.

Et enfin , on apercoit le fameux PHARE DE L'ILE VIERGE , réputé être le plus haut d'Europe. Il faut ensuite faire tout le tour de la baie qui entoure l'ILe Vénan, en passant devant les "Viviers Bretons" , et les lieux-dits Kélerdut et Kervelt. Mais le malheur, en Bretagne, c'est que tous ces lieux indiqués sur les cartes IGN et le TopoGuide, vous ne les voyez presque jamais en pancartes le long du GR ; et donc impossible de se repérer avec précision , surtout comme ce soir, ou il faut sortir du GR34 pour aller vers le Sud, à 400m environ pour trouver cette chambre d'hotes "KERLEONE" de Mme Messager ! J'y arriverais vers 17H30 , l'une des heures les plus tardives pour moi, au bou de 31KMS !

Le soir, j'irais manger a l' Hottel-Restaurant Le CASTEL-ACH , situé 900m tout a l'ouest (11 minutes à pied), au bord de mer, plage de Kervenny-Braz ; excellent restaurant de qualité gastronomique

                                                                                                        

Jour 13 : Aber-Wrach : 20 + 2 kms ..6h30 .(Dimanche). +303m -273m.

Autour du Petit-DEJ, je vais discuter infiniment avec mes hôtes, MR qui va aller pêcher la langouste , MME qui est une cycliste chevronnée, elle vient justement de revenir d'une épreuve cycliste, de mémoire un Paris - STRASBOURG par équipes régionales. Et pour la 1ere fois de ma vie de randonneur, je me mettrait en marche aussi tardivement , à 10H30 !!!! Equipement GUETRES et PONCHO, car il pleuvasse ...

La encore, succession de tours et contours, de baies et petits ports : Aod-Kervazan , Perroz (d'ou l'on apercoit l'Aber-Wrach en face). A partir de là, le chemin monte en hauteur, sans aucune vue sur l'ABER , pour environ 4,5km jusqu'au fond de l'aber. Que l'on va traverser au pont de PALUDEN , ou il y a une belle auberge aux volets bleus, puis 300m plus loin un restaurant-créperie (j'y passe vers 13h - 13h20, cela pourrait être une belle halte pour ceux qui ont besoin d'un bon repas à midi, mais ce n'est pas mon cas).

Je ferais ma halte un peu plus loin, au minuscule port de KERGOUNOC, sur un banc sous un soleil timide, devant une vieux grément en bois habité par un chat ...

Le chemin poursuit par une piste cavalière dans la forêt, loin au dessus de l'Aber, puis s'écarte encore dans la campagne , passant à proximité d'un gite d'étape à travers des champs et des parties de sentier étroit bordé d'hautes fougères. A noter des pancartes numérotées "Rand'Abers n°xxx" balisant le circuit de marche autour de l'aber.

On revient près du bord de l'aber au lieu dit St-Antoine, ou l'on passe devant une exposition de sculptures baroques, tout à coté d'un magasin Internet "ChienVert.com" vente de tissus en ligne. Et enfin, après quelque nouveau passage étroit entre hautes fougères, on entre dans le village ABER-WRACH, assez célèbre pour son école de navigation de l'UCPA, mais sans grande beauté architecturale.

Comme j'y arrive vers 15H15, un peu trop tôt pour mon gite, je fait halte à la crêperie (une bière et 2 crêpes = 9 euros). je poursuis la côte jusqu'à l'ancien couvent de la Baie des Anges, d'ou il faut monter sur les hauteurs de Rozvenni, environ 300m pour atteindre mon gite du soir, le "Centre de Vacances Marthe Omont". C'est l'ancienne demeure d'une institutrice qui a fait dont de l'immeuble à une association qui y accueille habituellement des groupes d'enfants venat s'initier à la voile. Mais je serais complètement seul, et le soir je retournerais en centre ville pour un restaurant parmi les 3 ouverts le dimanche soir. le bénévole Mr Daniel Bescond, qui s'occupe du gite, est très sympa et bavard.

                                                                                          

Jour 14 : Trouzilit (Treglonou) : 21 kms (+9,5) ..4h30 ..+148m -161m.

départ 9h00 et passage à LANDEDA devant la stèle des Compagnons de la Libération (point 62 du TopoGuide). Sur le tour de la presqu'ile de Ste-Marguerite, beaucoup de pigeons ramiers qui s'envolent à grand bruit, et de Merles qui surgissent des buissons, ainsi que des HIRONDELLES. Le long de la façade nord de cette presqu'ile, plusieurs ilots montrent de fortifications (casemates enterrées, ile Cezon).
ici, comme à quelques autres endroits, un pancarte amusante "INTERDICTION de retourner les cailloux dans les grèves". Les dunes cote Ouest sont bien sur un espace naturel protégé. On passe devant la chapelle de BROUENNOU. , puis on commence la rive Nord de l' ABER BENOIT.

J'y croise un énorme groupe de randonneurs d'au moins 80 personnes, réparti en plusieurs petits groupes, tous en capuches et poncho.

La journée est grise, avec du vent, entrecoupée de petites pluies.Et alors que je suis quelque part au 1er tiers de l'Aber (point 65 du TopoGuide ??) , un énorme ORAGE se déclenche, j'ai par bonheur juste le temps de courir 200m pour entrer dans une propriété et m'abriter sous le car-port d'une villa. J'y resterais environ 45mn à attendre la fin de cet orage. La propriétaire me prend en pitié, et m'offre un café ... Merci à elle ... Une de ses amis venu la voir, me propose de m'emmener en voiture jusqu'à mon gite du jour. Le ciel restant menaçant, j'accepte l'aide, et me voila devant le Manoir de TROUZILIT à 13h30.... Fort heureusement, il y a encore une employée au bar de ce domaine, qui fait chambres d'hotes - gite de randonnée - bar - réception de mariage etc ... Et aussi restaurant, mais hélas PAS LE LUNDI !!!

je m'installe donc, puis utilise mon après-midi pour aller A PIED (mais sans sac à dos) à LANNILIS , qui est le coin le plus proche pour y trouver une superette et commerces.
Si, à l'aller, je ne prendrais que la route , au retour je tente (après le pont) de faire le GR en bordure d'Aber : bien mal hélas, car le sentier est horrible : boue , herbes mouillées, et difficile de trouver le passage pour remonter au Manoir. au total A-R j'aurais fait 9,5 kms.
Repas simple à la cuisine, avec le produits achetés, et partagé avec FREDI , arrivé en fin d'après-midi et ayant lui réservé le jour même une chambre d'hote (moi je suis dans le gite collectif, mais toujours TOUT SEUL)

                                                              

 

Jour 15 : Portsall : 22 kms ..7h ..+297m -307m.

départ 9h00 après le P-Dej au bar du manoir. Nous nous séparons, FREDI reprend le GR, moi je suis la route D69 jusqu'au pont "69" du TopoGuide, ou elle retrouve le bord de l'ABER BENOIT. Car j'avais la hantise de retrouver un sentier pourri, herbeux, boueux et quasiment impraticable.

On passe à ST-PABU sans s'en aprecevoir (habitat très dispersé), et la PLUIE revien hélas au Port de Stellach. J'y croise un couple de randonneurs venant de l'ANJOU, et nous engageons une très longue discussion (dont évidemment je ne me souviens pas d'une seule phrase).

Je fais ma halte de 12h00 pic-nic vers le Camping de l'Aber, au début d'une longue dune de sable couverte de landes, le sentier étant bordé de petites palissades de bois, avec plsuieurs petites descente dans le sable mou. Cette partie s'étend sur environ 4 km, et se termine à une petite hauteur couronnée par un bosquet de pins ou se cachent plusieurs blockaus allemands. Suit une plage ou 2 autres blockaus ont glissés sur le sable suite à l'érosion.

Vers Posguen, lieu dit Port Geoffroy, on apercoit les premiers FOURS A GOEMONS utilisés autrefois par les paysans bretons.

on atteint PORTSALL quand on apercoit un Cafe-Creperie-Restaurant peint en Jaune et Bleu (Aux Vieux Grements) ; on contourne le port , bordé de plusieurs bars/restos, et je continue plein sud en direction de kersaint sur 800 M pour arriver à notre gite du jour, 151 av De Portsall. Notre hotesse , MME LETARD , est super sympa, elle ouvre une bouteille de rosé provenant de son fils vigneron dans le bordelais (chateau Farizeau), que nous buvons dans son jardinet sous un beau soleil , plus du flanc aux pruneaux. L'ami FREDI arrive à ce moment, et partage ces agapes. Il m'apprend que la veille, il a couché à l'ABBAYE de ST-JACAUT, et il a été super content de son logis.
Le soir, nous irons tous les deux au restaurant LE CAIMAN.

                                                                                          

 

Jour 16 : BRELES : 26 kms ..8h ..+300m -286m.

départ 9h00 , et peu après , je retrouve le sympathique couples d'Angevins (Mr Philippe CACLOT et Virginie HAUCLOUIN) vers les port de TREMAZAN. Ils me suivront et croiserons un certain temps.
Je discute ensuite avec unretraité de 80 ans qui m'explique comment fonctionne la pêche amateur : chaque bateau a un numéro inscrit, il a droit a 2 casiers maximum pour la pêche aux langoustes, et la bouée attachée au casier doit indiquer ce N° de bateau. Voila pour les principes, ce qui n'empêchent pas les resquilleurs , fraudeurs d'exister.

La Chapelle ST-SAMSON , sa fontaine, sa croix celtique, toute seule dans la lande rase, mérite une vraie halte spirituelle, et passer un peu de temps à lire les extraits de la bible.

La journée s'avère agréable, du soleil et du ciel bleu, un peu de vent frais mais léger, une cote rocheuse mais par un sentier large et facile .... Pour inciter les touristes a bien rester sur le sentier et ne pas aller écraser et détruire l'herbe de la lande, un simple cable d'acier borde le chemin.
Encore une petite rivière à contourner (point 79 à LANDUNVEZ). La marée est si basse que mes 2 Angevins tentent la traversée du filet d'eau. Si MR arrive à franchir l'obstacle à grandes enjambées en sautant sur quelques galets, MME elle va quand même se mouiller les chaussures !
Les petites plages en forme de criques concaves succèdent aux zones de gros galets. Des CHEVAUX paturent ici ou làa.

J'arrive au port d'ARGENTON vers 12h15 , et deux choses attirent mon regard : un vieux bateau de pêche amarré en cale sèche , transformé en SALON de THE ; et une superbe voiture de sport CHEVROLET CAMARO.
je continue toujours dans ce paysage iddylique jusqu'à PORSPODER , son magnifique LAVOIR , son église en hauteur d'ou l'on redescend en suivant un minuscule torrent joliment aménagé. Jusqu'à la Table d'Orientation puis la Pointe de la GARNICHE (ou il y a des installations militaires d'antennes ou surveillance ??) .

L'endroit est super pour la halte pic-nic , mais aussi pour la SIESTE ... ha ! que c'est bon d'être allongé dans une bonne herbe sans cailloux, sous un soleil radieux , face à l'immensité de la mer bleue..... Mais de tels plaisirs ne peuvent durer trop longtemps, il faut bien repartir , sans se presser bien sur !

La plage du "MAZOU" à Porspoder n'est qu'un amas de petits galets. Un autre vestige de four à GOEMON un peu plus loin, avant d'atteindre la grande plage de MELON (!).
Autre lieu d'interet : la Guerite de RUSKOS datant de 1756 et restauré par un officier militaire Mr Jean-Luc SALMON .
On atteint l'entrée de l'ABER ILDUT à l'emplacement d'une batterie de CANONS époque 18eme siécle; prendre le temps de lire les explications sur les "Canons de 12 livres".
Puis de jeter un coup d'oeil au "Rocher du Crapaud" et à un autre four à goémon, très bien conservé.

Au lieu de suivre le GR34 qui va tourner dans les hauteurs, suivez comme moi la route principale D27 qui traverse la ville de LANILDUT (2 restaurants, mairie, poste , commerce) et on retrouve le GR34 à l'Eglise. En passant au PORT vous pourrez admirer le transbordement du GOEMON depuis des navires , sur des semi-remoarques.

Au fil de l'aber ildut, on longe sa rive Nord, passant auprès du Moulin du Roudouz , de ,l'Auberge de BEL AIR avec un truc hyper amusant : des dizaines de poeles suspendues à un arbre. Puis le Manoir de l'Aber, d'ou je bifurque sur BRELES à 500m pour arriver à mon gite du jour : le Gite Etape des Pingouins de l'Aber, à 100m après l'église. J'attend sur le porche, bien au soleil que la gardienne vienne m'ouvrir. C'est un gite avec une grande pièce - cuisine, on me donne la chambre au RdeC , il y a des chambres ou dortoirs à l'étage, j'y serais encore le seul randonneur, mais il y a une jeune fille qui y loge à la semaine (une stagiaire à la mairie). J'irais manger le soir au seul restaurant ouvert, mais très bien : huitres, poisson , riz et un verre de MUSCADET (et oui).

                                                                                                               

 

Jour 17 : Le CONQUET : 29 kms ..10h ..+500m -560m.

Le P-Dej ayant été préparé la veille, je peux partir à mon heure matinale habituelle, à savoir 7H30. je retrouve vite le GR, qui conduit au fond de l'Aber , à travers une zone humide très joli (LA FRANCHISE), à Pont REUN, puis parcours en sens inverse de l'Aber ILDUT sur sa rive Sud.

L'ami FREDDI était allé coucher dans une chambre d'hotes trouvée sur AIR-B&B , à Kerveatouz. Et pour me signaler son passage, il m'a laissé un petit sachet de friandises accroché à un arbre : très amicale attention !!!
Depuis cette rive, on voit très bien le beau Manoir de Bel-Air, avec ses canons. Et surtout, on passe à travers les vestiges d'une immense carrière de GRANIT

Il va encore falloir tourner autour d'une très profonde Anse très vaseuse(anse de Milin An Aod , lieu-di Le Velloc), puis remonter tout le long de la cote pour aller faire la boucle complète de PORSCAV. Trouvant la chose un peu pénible, je prends un raccourci en tirant droit vers l'Ouest via des rues qui me conduisent plus directement à la cote ouest (route de la Corniche). J'y fait un petit arrêt, sur un banc , face à l'horizon .
On a droit à une petite déviation sur les gros blocs de rochers de la grève, à cause d'un passage interdit par un propriétaire très "privé".

Les plages, rochers se succèdent, sous un magnifique ciel bleu et une mer bleu azur, avec comme seule végétation l'herbe drue typique de la cote bretonne, égayée de nombreuses fleurs. Je passe Porspaul sans trop m'en apercevoir.
Et voici qu'apparait à l'horizon l' ILE DE OUESSANT (à moins que ce soit MOLENE ?).
je me retrouve doublé par deux "Runners" qui préparent un prochain raid local.
J'atteint la pointe du CORSEN vers 12h15, et voila une halte encore splendide, sous le soleil , bien assis sur un bloc de pierre, et face à la mer comme paysage avec l'Ile d'Ouessant très au large..
J'y suis rejoins par un Cycliste Allemand parti de Munich il y a 7 semaines (environ 3000 kms déja faits), puis par FREDDI qui en profite pour causer en germanique avec ce cycliste.
C'est un endroit magnifique, le sentier est tout en haut de la cote escarpée et rocheuse, à travers herbe courte et petites fougères.

Le sentier continue en haut des falaises, par petites montées et descentes, avec une magnifique vue dégagée sur la mer bleue et les iles au loin. Dans l'anse de Porsmoguer, j'ai le plaisir de trouver un point d'eau pour compléter ma gourde bien vide. Et d'y découvrir le nouveau sport à la mode , la "Marche Coordonnée dans l'Eau" (en groupe).
Quelque part dans cette cote très rocheuse, me semble-t-il avant la pointe de Brenterch, on découvre une longue rangée de maisonnettes basses , nommé "Site de Porstheven" : il s'agit du logis de paysans du GOEMON, qui le remontait du bas de la falaise par un treuil actionné par un cheval, toute une vie de dur labeur épuisant.

Dans une minuscule plage de galets, accessible seulement par un petit escalier abrupt qui descend sur au moins 30 mètres dans la falaise, l'oeil aiguisé du photographe découvre deux nudistes qui se font dorer les fesses au soleil.

Et ensuite, c'est l'immense plage DES BLANCS SABLONS , environ 2kms, qui se termine à une ancienne fortification. De là, la carte IGN indique un sentier faisant le tour de la Pointe de Kermorvan (avec un phare et un ancien fort) , mais cela doit prendre une bonne heure ; mais le GR traverse simplement la petite route pour se retrouver immédiatement en façe du CONQUET. On contourne la baie sur 500m pour aller prendre une immense passerelle bétonnée qui permet , à 3 mètres au dessus de l'eau, d'atterrir au pied de la ville du CONQUET. Je remonte vers l'OFFICE DE TOURISME, pour pouvoir localiser mon gite.

Et mon gite se trouve tout à coté de l'O.T. (et Mairie), au bas de l'immense parc boisé "BEAUSEJOUR" : c'est un ensemble de bungalows de bois , un Centre de Vacances, avec gardien. J'ai droit au gite n°16, chaque bungalow étant prévu pour une famille de 4 personnes : grand séjour, cuisine , chambres , jardinet (très pratique pour y étendre son linge) ; et TRES CALME , ce jeudi 16 JUIN, il n'y a que moins de 6 gites occupées sur au moins 30 gites.
Le soir, je retrouverais FREDDI pour un bon repas dans un des 3 ou 4 restaurants ouverts dans la rue commercante (Les Korrigans). Lui a pris une chambre dans l'hotel Au Bout du Monde. J'achète au Spar le nécessaire pour faire mon P-Dej de demain matin.

                                                                                                               

 

Jour 18 : PORSMILIN : 20 kms ..7h ..+454m -483m.

Le chemin fait le tour du CONQUET, passant au Port (Gare Maritme) d'ou partent des vedettes pour les iles d'Ouessant ou Molene. Le ciel est super gris, vent violent , super grosse pluie qui me surprend un peu plus loin. J'ai juste le temps de m'abriter , hélas partiellement, sous un balcon d'un petit immeuble.

J'atteins la fameuse POINTE ST-MATHIEU vers 10h15, et en fait la visite complète : le MEMORIAL (aux marins morts en mer) , l'ABBAYE (ruines) , l'Eglise.
Jje me réchauffe dans le bar qui viens tout juste d'ouvrir à 10H30, probablement parce que des touristes commencent à arriver. Et le ciel commence à s'éclairicr !!

Ici commence la "RADE DE BREST" , avec tout son lot de casemates , de blockaus allemands (pour protéger leur base de sous-marins). Un côte extrêmement découpée, avec des enfractuosités vertigineuses. L'un des blockaus a été aménagé en résidence par un propriétaire privé (le passage des canons est paré de beaux vitrages).
J'atteint le très impressionnant FORT de BERTHEAUME vers 13h15, et je fais mon arrêt à proximité.

Plougonvelin / Le Trez-Hir présente un aspect moderne, avec des immeubles récents autour d'une grande place Après le Centre nautique et la plage, on passe dans les rochers à la "Batterie de Toul LOGOT (ruines)" (Trou de Souris en breton, bati par VAUBAN vers 1690) ; et on atteint la plage de Porsmilin. J'hésite un peu (devant la devanture du "Minou Surf School"), mais je dois poursuivre jusqu'à la plage suivante très proche(de PORTEZ), ou il y a un magnifique POSTE DE SECOURS (en forme de tour hexagonale), et un restaurant sous dome plastique.

Ma Chambre d'Hotes est à 200 metres, juste au dessus de cette plage, rue d'Armorique. FREDDI , lui, va aller dans une autre Chambre d'Hotes , un KM plus loin à TREGANA.
Chacun ira manger dans un restaurant différent, le plus près de son logis.

Pour le climat, une succession de ciel très gris, de ciel nuageux , d'une grosse ondée , puis enfin un peu de soleil venu avec le vent.

                                                                                                 

 

Jour 18 : BREST et LILLE : 23 kms ..7h ..+623m -605m.

Ayant l'objectif d'arriver à BREST suffisamment tôt pour ne pas rater mon TGV pour LILLE , ce sera le levé le plus matinal de cette rando : 5H25 ,
P-DEJ prêt de la veille par mon hébergeur (Mr BOYARD) , chauffage rapide du bol de café, et en route à 6h10.
En ce milieu de Juin, il fait déja jour clair ; 500m plus loin vers la montée de TREGANA, je passe devant le restaurant "Café de la Plage" ou probablement FREDDI a pris son repas. Tout en haut , une étrange haute cheminée , chapeautée, surgit au milieu d'un hameau résidentiel. On continue en haut des falaises et cote rocheuse, en montées et descentes, entouré de fougères. Puis 1h30 après, passage à travers un ensemble de fortifications basses ou blockaus, généreusement taggés (anciennes batteries du Fort de TOULBROCH)

On s'éloigne de la cote pour passer contre le Fort de TOULBROCH ( enterré ), puis revenir à la côte ensuite. La zone fourmille de petits LAPINS qui gambadent tranquillement à cette heure matinale. A signaler un petit hotel restaurant , fermé en cette saison, mais qui semble toujours en activité, dans la vallée étroite de LE MINOU. (ne pas confondre avec notre animal le CHAT !!). D'ou l'on remonte évidemment encore, vers le Fort - le Phare - La pointe du Petit Minou. Ce fort est très impressionnant, on peut y rentrer sur sa grande place intérieure.et au bord admirer la rade de Brest avec une vue plongeante sur les falaises. Puis continuer via une rampe d'accès empiérrée formant une arche de pont , pour faire le tour du PHARE. Il y a même des bancs pour le repos. J'y reste bien 20 minutes. Encore un Fort construit par VAUBAN en 1697.

3 kms plus loin, le sentier fait un vaste contour en forêt et champs, on longe longtemps un terrain militaire et on contourne la petite crique aménagée du Fort du Mengant qui sert d'entrainement aux plongeurs de la marine militaire. Nous sommes samedi, et c'est le jour de sortie sportive de nombreux runners / joggers. J'atteint le fort du DELLEC ou une techno-parade diffuse encore sa musique de la veille. On longe la palissade du Technopole, pour finir par un long escalier en descente très abrupt sur la plage de STE-ANNE du PORTZIC. J'y fais une petite halte avant de de reprendre le long de la côte escarpée, en passant et contournant le petit fort du Portzic très caractéristique par son chemin d'accés ou subsiste une voie ferrée très étroite.

Dans la rade, divers types de bateaux donne l'admiration : vedettes militaires, goelettes deux mats dont une à voiles brunes. Puis c'est le phare, dernier point avant l'arsenal militaire que l'on commence à voir. l'ARSENAL est une immense casemate de béton gris , cloturé de hauts grillages et d'interdictions absolues de pénétrer. Le long de ses 2 kms, je croise et discute avec un cycliste lourdement chargé qui randonne à vélo au long du Canal de NANTES à BREST, et qui va continuer par la cote Nord en 4 ou 5 jours jusqu'à ST-BRIEUC. Voila une autre façon de découvrir la Bretagne. De la porte Ouest de l'Arsenal, à sa grande porte Est, presque une 1/2 heure.

J'atteins la grosse tour ronde de Brest vers 12H30 , le pont moderne à tablier mobile (pour passage des hauts mats), face à la vieille cité entourée de murailles. Ou stationne en aval une dizaine de navires militaires, et en amont du pont les bateaux de tourisme. Je poursuis d'un bon pas , via l'immense avenue ou circule les tramways , jusqu'à la GARE que j'atteint vers 13H00 , je suis enfin O.K. pour ne pas rater mon train qui part à 14H , direction RENNES , changement pour un TGV direct sur LILLE ou j'arrive vers 22H ou 23H.

FIN DE LA RANDONNEE .... FIN de ce beau périple de 3 semaines , fin de cette vision permanente d'une mer infinie , fin de cette vie insouciante du randonneur loin de toutes les obligations de la vie civilisée.. Et déja l'envie de repartir , en SEPTEMBRE, sur le chemin de VEZELAY en direction de COMPOSTELLE !

 

                                                                                                                                    

****************************************