GR653c : Chemin ARAGONAIS du 6 au 14 Septembre 2013
Continuation du Chemin d'ARLES (col du Somport) , partie Espagnole

ETAPES ALLER 1 JACA 2 ARRES 3 RUESTA 4 SANGUESA
Résumé 5 IZCO 6 TIEBAS 7 PUENTE LA REINA 8 AUTOBUS pour San-Sebastian

COUT Hebergements
Commentaires
PHOTOS    et   Videos

Avant le départ , bien se documenter sur les transports en commun (BUS , EuroLines, Renfe , TER , Autobus SNCF Oloron-Canfranc) et leurs horaires et jours de circulation.

Cette fois-ci, exceptionnellement, nous serons 3 a randonner et non pas deux : MICHEL PRUVOST se joint à nous GUY & CHANTAL CHABANT

BALISAGE :

Dans l'ensemble , le balisage est excellent , mais il faut s'habituer aux diverses manières de baliser ici en Aragon et Navarre. Vous pouvez avoir :

* des marques JAUNES , toujours avec de flêches

* des panneaux ou indications GR653

* des marque Rouge et Blanc, comme en France, symbole officiel d'un GR

* des panneaux bleus avec la coquille St-Jacques, en général avec une indication de distance jusqu'à l'étape suivante.

Mais ATTENTION : lorsqu'il y a un embranchement , un changement de direction, il n'y a jamais de "DETROMPEURS" comme celà est obligatoirement le cas sur les GR en France (DETROMPEUR = croix de peinture Rouge & Blanche placée entre 10m et 50m plus loin sur chacune des mauvaises voies à ne pas prendre)

Autre ATTENTION : la boulimie de construction et de création d'autoroutes en Espagne fait que certaines portions de CAMINO sont bouleversées et sans marques.

COMMENTAIRES Generaux :

Les trains SNCF ayant de plus en plus souvent du retard, il est prudent de prévoir une étape à PAU , car pouvoir etre à l'heure pour prendre l'unique autobus du soir pour joindre le Col du SOMPORT, ou CANFRANC est assez risqué.

ETAPE 1 : CANFRANC - JACA : agréable chemin en descente douce , longeant le RIO ARAGON , mais deux orages nous empechent d'en profiter pleinement et de visiter JACA.

ETAPE 2 : JACA - ARRES : parcours sans difficulté, en partie sur un flanc de colline avec vue sur la vallée , c'est surtout l'arrivée en montée sur le minuscule village de ARRES , sur son piton rocheux, village complètement en ruines il y a quelques années, qui est sublime.

ETAPE 3 : ARRES -RUESTA : première partie a ssez sympathique passant au pied de plusieurs villages en hauteur. Puis balisage inexistant à cause d'une autoroute en construction, mais travaux à l'abandon, ce qui fait qu'on s'égare plus ou moins. Traversée de zones de marnes bleues liunaires. Trop longue étape, fatiguante sous le soleil de plomb, derniers Kms sans plaisir et pénibles, jusqu'à découvrir RUESTA, ancien village fantomatique , chateau , donjon et maisons en ruines, et la seule batisse bien restaurée qui appartient au syndicat CGT espagnol (et oui !) , plus l'agréable bar - restaurant - refuge dont la terrasse surplombe une pente abrupte avec une très belle vue.

ETAPE 4 : RUESTA - SANGUESA : première partie en forêt , puis des landes, petit village (Undu de Lerda) ou tous les pélerins s'arrêtent pour s'abreuver au bar qui ouvre à 10H30 (!) , puis infini chemin rectiligne à travers champs de céréales. Sanguesa est une jolie ville, avec plusieurs batiments remarquables (cloitre, cathédrale, musée, etc)

ETAPE 5 : SANGUESA - IZCO : montée progressive, a travers un plateau bordé d'une rangée d'éoliennes, jusqu'à un col , le sentier offre une magnifique vue sur la plaine, puis c'est l'erreur : on rate un minsucule embranchement et nous égarerons sur une route forestière qui monte vers des éoliennes. Au retour sur le bon sentier, traversée d'une zone d'élevage , puis descente sur le petit village de l'étape, ou il n'y a rien à voir, sauf l'église.

ETAPE 6 : IZCO -TIEBAS : on démarre sur un chemin agricole, devenu un immense ruban de béton blanc qui ondule , puis sentier agréable dans une forêt, et arrêt boisson au bar du joli village de MONREAL. Puis on longe un ruisseau , puis le chemin serpente à flanc de colline avec une vue magnifique sur le large Canal de NAVARRE. Arrivée sur TIEBAS , village qui s'annonce par son imposant chateau en ruines. Journée marquée par deux évènements désagréables : pour moi, une TENDINITE qui me fait boiter ; pour un randonneur espagnol , le VOL de ses chaussures dans le gite !

ETAPE 7 : TIEBAS - PUENTE.LA.REINA : le chemin alterne petites routes et chemin caillouteux à travers la plaine légèrement vallonée. On traverse l'autoroute, , le canal , on longe un terrain militaire, quelque vignes et oliviers et champs d'asperges, et enfin l'arrivée au clou de cette étape : la chapelle d' EUNATE , célèbre pour sa forme octogonale, son déambulatoire en galets ronds, et les nombreux visiteurs, y compris touristes en autobus. Attention aux heures d'ouverture !!! Belle aire de pic-nic. Un peu plus loin , OBANOS , assez joli village, ou nous rejoignons le CAMINO FRANCES et sa foule de "pélerins" , et enfin la grosse ville de notre étape, qu'il faut visiter : ruelles, église(s) , le célèbre PONT médiéval , la place et ses bars.

JOURNEE 8 : elle est consacrée au transfert en BUS , durée environ 1H30 , jusqu'à SANTANDER , ville cotière du Pays BASQUE, sur l'Atlantique (Golfe de Gascogne), ou nous allons démarrer le CAMINO DEL NORTE.

COUTS HEBERGEMENTS :

Ils sont raisonnables, voyez le tableau ci-dessous : de 5 à 12 € pour la NUIT , 20 à 24€ pour une 1/2P (Nuit+Repas+P.Dej) ,
et pour les restaurants : 10 à 13,5€ un repas classique complet.

Mais on note une certaine inflation , plusieurs prix mentionnés dans les guides étant largement obsolètes.

BUDGET par personne, pour les 7 ETAPES principales : 190 euros , soit moyenne 27 euros / jour , hors Frais de voyage et SNCF.


Résumé des Etapes

ETAPE LIEU KMS estimés réels DUREE totale avec arrêts Indication
du Guide
Remarque
0 en TGV Lille - Pau       Gite Manttu Baita
1 Canfranc - JACA
25
7h10
23,6km - 6H Refuge PelerinCondeAznar , Nuit=10€
2 ARRES
26
6h50
24,9km - 6H15 Gite Hospitalier, donativo 20€ N+R+PD
3 RUESTA
30
8h10
27,0km - 7h00 Refuge Pelerins de la CGT . 1/2 pension=24€
4 SANGUESA
20
5h30
22,4km - 5h30 Refuge Pelerin Las Hijas Nuit=5€ , Resto=13,5€ (vin et bière inclu)
5 IZCO
22,5 (dont 5 pour égarement)
7h45
21,6km - 5h30 Refuge Municipal St-Martin , Nuit=8€ ,
6 TIEBAS
21,5
6h45
23,0km -5h45 Refuge pélerins José Mari , Nuit=8€ , Resto=10€
7 Puente La REINA
19,2
6h20
dont 2h Eunate
18,0km - 4h40
Gite PERES REPARATORES Nuit=5€ , Resto=13,5€
8 en Autobus pour San Sebastian  
  nous nous transférons vers le début du CAMINO DEL NORTE
TOTAL
164 kms
48,5 h

Vendredi 6 Septembre 2013 : Voyage de LILLE à CANFRANC (en théorie)

Le TGV LILLE - BORDEAUX prend plus de 30mn de retard , et tout notre programme va etre chamboulé.

Au lieu de pouvoir continuer sur DAX , puis OLORON , ou l'on devait prendre le seul et unique bus du soir pour CANFRANC (on prévoyait de coucher à Canfranc chez PEPE-GRILLO),

nous voila à chercher désespérément la seule formule possible : train Bordeaux - Bayonne de 15h51 , descente à DAX à 18h00, changement pour PAU ou nous arrivons à 19H04.

Pendant le trajet, téléphone tout azimut pour trouver un hébergement "pélerin" à PAU , ce sera au final le FOYER JEUNES TRAVAILLEURS (FUAJ) , chemin de Salingue à GELOS. Celui-ci n'est qu'a 200 M a vol d'oiseau de la gare, mais sur l'autre rive du Gave de Pau, et il faut faire un large détour d'environ 30 minutes pour l'atteindre. Au passage, repas dans l'unique lieu ouvert, un KEBAB !

Accueil par un gars sympa , LAURENT, très bon logement en chambres, peu de monde.

temps gris mais chaud , 26°C , et orage tard le soir.

ET1 : 07 SEPT samedi -- Oloron - Canfranc - JACA

Pas de P-DEJ au Foyer (motif : visite du Conseil Municipal) ; levé 7h15 Départ 8h00 ; achats sur le trajet vers la gare ou nous prenons le P-DEJ.

Train 9h20 - 9h55 pour OLORON ; correspondance immédiate du BUS SNCF qui nous dépose a CANFRANC-Estation vers 11H30 après un joli parcours dans la vallée d'Aspe et franchissement de la frontière par un long tunnel routier.

Mis a part cette immense gare horizontale, Canfranc n'est qu'une grande rue bordée d'immeubles sans charme et plus que déserte ; nous sommes environ 8 pelerins venus par le bus, et qui partons sur ce chemin de Compostelle sans s'attarder.

En sortie de ville (alt : 1145m environ) , passage au pied du barrage , puis sentier agréable en rive gauche.

Arret casse-croute (12h30) en sortie du village (vieux) de Canfranc , devant le cimetiere et le pont romain (bancs et abri)

Journée grise, fraiche (17°C) avec pluies par intermittence.

Amusant passage souterrain dans un boyau sous la route , juste avant un tunnel routier, et un antique rouleau compresseur qui trone sur une butte.

Suivent de très belles gorges encaissées au fond desquelles serpente le RIO ARAGON .

14h30 - 10,4km (930m) : changement de rive, passage au pont de VILLANUA.

Notez que l'on est globalement en descente progressive tout au long de cette étape, qui est totalement orientée plein SUD.

15h10 : après avoir traversé la RN , le chemin longe d'immenses dalles bétonnées sur plus de 500 mètres. A quoi ont-elles servies ?

16h15 - 16,9km : CASTIELLO DE JACA : village en pente forte. A l'entrée, nous discutons longuement avec une habitante, et elle nous rend un bon service : téléphoner à plusieurs hébergeurs pour nous faire la réservation (notre pratique de l'Espagnol est minable)... MERCI à elle. Peu après, encore un pont

17h15 - 21km (800m) : passage devant un Centre Equestre "CHARLE"

Peu après, un énorme orage brutal nous saisi à découvert, l'abri sous un maigre arbuste ne nous épargnant pas les chaussures imbibées par seulement 10 minutes de pluie torrentielle.

18h00 - 23 km : début de JACA , qui s'allonge sur une longue avenue

18h40 - 25km : Arrivée au GITE , REFUGE PELERINS en centre ville , dans une rue étroite (Calle Conde Aznar), mais l'interieur est propre et impéccable, dortoir agréable avec des lits simple répartis en box de 2.

Un nouvel orage nous retient, avant de faire les courses au seul commerce possible (superette DIA), puis repas conseillé au restaurant LA PAZ , lequel heureusement commence le service vers 20H15, ce qui est déja tardif pour nous "pélerins".

Vu l'heure et le climat, pas question d'aller voir le Chateau ou la Cathédrale.

Coucher tardif à 22H

 

ET2 : 08 SEPT. Dimanche : Jaca - ARRES

Levé 6H30 , P-DEJ au refuge

Depart 8H00 - 818m altitude de la ville ; pendant plusieurs étapes, la direction est en pratique plein OUEST.

A la sortie de JACA (env 1km et 15mn plus tard) , une borne indique SANTIAGO = 827 kms

Puis une batisse restaurée (Ermitage d'après la plaque signalétique) au bord de la RN qu'on suit un peu, ensuite un large chemin large et rectiligne , mais avec de grosses flaques d'eau qu'il faut contourner ! Il longe un petit canal.

9H50 - 7km (Santiago=821) : un abri avec banc, bien utile en cas de pluie !

10H15 - 9km : arret 20mn pour avaler quelques biscuits, dans une partie de chemin large et pavé de galets ronds, en montée.

Le chemin, encore très large, traverse une foret, bien au dessus de la RN qu'on apercoit en contrebas.

Dans un long parcours rectiligne dans une prairie, on longe l'arrière d'un grand hotel (Hotel Aragon) qui invite le pélerin avec une immense coquille. Deux jeunes pélerines nous doublent , devant nous 3 autres marcheurs.

12H00 - 15km , alt 560m (Santiago=814) : nous voici à SANTA-CILLIA, ou nous faisons halte pour 1/2h de repas frugal. 7 pélerins nous croisent pendant cet arret.

Au centre du village petite placette avec banc et fontaine , qui eut été agréable en saison chaude et ensoleillée grace à ses nombreux platanes, mais nous sommes encore une journée grise et à tendance pluvieuse.

13H10 - 18,5km : traversée de la RN , que l'on va longer (sur sa gauche puis ensuite sur la droite à la borne K302) pendant plus de 3km ; on passe devant un superbe Centre de Vacances PIRINEOS avec Bar/Restaurant (menu affiché à 10,50€)

On traverse un endroit extraordinaire et unique ou des passants ont érigé des centaines de petits KAIRNS faits de galets ronds

14H10 - 22,9km , alt 545m : on atteint le pont qui va vers Puente-La-Reina-de-Jaca, ou il est inutile d'aller (borne K303 de la RN)

Au contraire, on reste sur une petite route rive gauche du Rio Aragon (direction Huesca), qui monte , puis un mince sentier à flanc de colline , tracé dans les buis, et offrant une belle vue sur la vallée ; et nous atteignons l'étape :

14H50 - 26km alt 640m : ARRES , minuscule village , à l'abandon il y a quelques années, maintenant avec quelques habitants dont le GITE (accueil par le gardien ANTONIO) , et le BAR-Epicerie.

Avant moi, un gars rapide (Alain) et après nous une jeune fille Christelle, puis un couple (Colette) , puis quelques arrivées jusqu'a l'heure du repas, ce qui fait que le repas calculé pour 10 personnes par le gardien (qui cuisine tout lui même) , devra être au final partagé par 14 personnes. J'avoue être irrité par le comportement négligent et désinvolte de ces randonneurs tardifs qui hélas ne sont pas rares sur les Caminos.

Soleil spendide et chaleur enfin toute l'après-midi, douche lessive et étendage de linge au soleil, farniente sur la terrasse du bar avec une bonne bière, petite ballade jusqu'au rocher sommital du village, et visite en groupe de l'église sous la conduite d'Antonio (clef oblige).

Le gite dispose de 2 dortoirs de 4*2 lits superposés, soit 16 places. Officiellement Donativo, j'espère que chacun aura mis dans la tire-lire une somme suffisante pour au moins payer le prix du repas et P-Dej offerts par le gardien, plus sa peine, soit 15 à 25€ suivant générosité. Pour notre part, nous versons toujours le soir, pour éviter de le faire en catastrophe le matin (risque d'oubli, portefeuille rangé au fond du sac à dos).

Repas simple, mais naturel : Soupe de légumes style garbure (lentilles etc...) , salade de tomates et olives , pas de viande mais on s'en passe sans difficulté.


ET3 : 09 SEPT Lundi : Arres - RUESTA

Dés le P-DEJ à 7H , partent avant nous Alain (que nous reverrons) et Christelle, nous suivons de peu à 7H40.

Descente du village sur des marnes. Le sentier serpente à travers des zones marneuses, des prairies, des taillis , empruntant ou croisant quelques bouts de routes.

8H15 - 2,4km (Santiago=803) : croisement avec une route allant à Puente-La-reina.

Puis montée vers une bergerie, puis une route direction MARLES ,village haut perché sur la pente de cette montagne qui culmine autour de 830m , et nous marchons autour de 460m alt , ou nous n'allons pas, continuant à droite sur un long sentier herbeux

9h50 - 9,4km (Santiago=795) autre traversée de route goudronnée. Puis descente vers un large ruisseau avec une toute neuve et belle passerrelle en bois exotique (super construction d'au moins 25m de long)

10h15 : arrêt petit casse-croute sur une zone de marnes bleues , qui se continue par un joli sentier étroit,

11h15 - 14km : avec vue sur un deuxième village en hauteur : MIANOS.

Le temps se fixe au beau , ciel bleu et soleil pour le reste de la journée.

Après une petite montée raide, nous atteignons la route en dessous du village, au niveau de son cimetière, ou nous retrouvons un couple du TARN qui y fait sa pause pic-nic.

12h00 - 17km (Santiago=788) : Peu après croisement multiple ou il y a lieu de réfléchir pour comprendre : chemin agricole plein Nord, puis angle droit à gauche vers ouest , ou nous recroisons la route 1km plus loin, et quelques mètres après ce croisement, 3 hangars agricoles, ave une aire aménagée pour pic-nic (banc - table - toiture, manque qu'un point d'eau!) ; deux marcheurs la quittent à l'instant, la place est donc pour nous

12H30 - 13H20 , 19,3km : long arret farniente à l'abri du soleil.

ET A PARTIR DE LA , C'EST LA GALERE !!!!!

Plus aucune balise , ni marque ni repère ! 200m plus loin, embranchement , allons nous a gauche (ouest) ou à droite (nord) ?

Nous prenons à gauche, atteignons un champ labouré, le contournons, longeons de falaises de marnes, cherchons un passage dans les ronces et taillis, et au final n'avons qu'une solution : rebrousser chemin , revenir prendre l'embranchement "nord" , qui nous fait passer devant une grande ferme ou stationne 3 voitures. Malgré nos appels et nos hurlements , personnes ne vient à notre secours.

Nous continuons, en évitant des bifurcations sur la droite, et tout à coup nous débouchons sur un immense chantier AUTOROUTIER !

14H10 - 22,5km alt 415m : nous voila sur un impressionnat serpent de terre noire compactée, d'au moins 15m de large, laissant supposer une future autoroute ou belle route nationale. Nous la suivons direction ouest sur environ 2km (le substrat passe de schiste noir à terre brune) , et tout à coup, à travers une percée dans les arbustes coté gauche, nous apercevons une petite route goudronnée ! VICTOIRE !

14H30 - 24,5km : nous voici enfin de retour sur le GR , qui emprunte cette route N 137. Elle traverse une zone de désolation absolue, marnes bosselées lunaires, juste avant un panneau vert très intriguant "CINCO-VILLAS" ; sur sa droite, le chantier autoroutier se boudine à travers les monticules de marnes, et semble visiblement à l'ABANDON désormais (encore des travaux grandioses heureusement stoppés par la crise ?? ). Par endroits, vision de loin vers le nord sur le lac artificiel "EMBALSE de YESA"

Au panneau A-1601 (6) , juste après un petit pont, s'offre le choix entre le GR balisé et la route : le GR monte à gauche dans la garrigue traverse un bois puis recroise la route 1km plus loin, et continue dans la foret en parrallèle à la route sur sa droite ; par canicule et gros soleil ce parcours est préférable. Nous préférons la route, qui est à moitié ombragée coté gauche en ce milieu d'après-midi, qui est un peu plus directe, etde toute façon il n'y a rien à voir par l'un ou l'autre parcours, sauf les 500 derniers mètres ou le GR rejoint la route. On égrène les KMS au rytme des bornes 6 - 7 - 8 - 9 - 10 : environ 4kms qui semblent longs - très longs.

Et soudain, dans un tournant, apparait le donjon en ruine de Ruesta , sur son piton rocheux au flanc d'un grand ravin, encore 1/2 km d'effort avec cette vision lugubre sur d'immenses ruines trapues.

15H50 - 30km (alt 550m) : RUESTA : découverte de ce village quasi compètement en ruines, ou on est accuilli par une pancarte CGT (syndicat de travailleurs espagnols similaire au notre), devant un batiment restauré-modernisé, le REFUGE y est accolé , accés dans une petite ruelle, et le bar-restaurant situé en contrebas, avec une belle terrasse ombragée (parasols) offrant une magnifique vue dégagée.

En pratique, il faut savoir qu'il faut aller directement au BAR, qui est aussi le gardien du refuge ; et constater que ce gardien, et bien il MANGE à cette heure-ci , et nous attendrons une bonne 1/2H qu'il ait terminé pour ensuite nous accompagner et ouvrir le gite.

Comme de coutume, douche - lavage - étendage (chacun choisit son endroit, pour moi jusqu'aux barricades autour du donjon) - bière ou coca et jeu de cartes ou autres lectures à la terrasse du bar, en attendant tranquillement le repas du soir pris par quasiment tous les randonneurs (environ 20 personnes).

Une belle journée ensolleillée, départ avec une gentille fraicheur (11 à 14°C) , arrivée sous une forte chaleur (26°C).

ET4 : 10 SEPT. Mardi : Ruesta - SANGUESA

Levé 6H30 , départ 7H45 après un copieux P-DEJ inclus dans la 1/2 pension.

Descente forte via une ruelle , passerelle sur le torrent , passage a travers une petite aire de camping à l'abandon , avec un batiment supposé être un "ermitage", puis remontée dans la forêt via un large chemin.

Un gros barril peint d'une immense flêche jaune , en plein milieu d'un embranchement de deux larges chemins, confirme le panneau GR653 qu'il faut prendre à gauche ! et le barril serait là depuis de nombreuses années (indiqué par le guide LABORDE de 2009), ce qui signifie qu'aucun mauvais plaisantin n'est encore passé par là !

La montée douce continue dans le massif forestier du FENEROL, pour arriver sur un replat formant un col , au croisement d'une route.

9H15 - 6,7km (alt 800m) : COL ou nous sommes rejoints ou retrouvons Alain, Christelle, et un couple de DOURGNES (Tarn).

Par endoits, vues sur le lac , zone de landes roussies, bergeries en 1/2 ruines, champs d'éoliennes au loin, et peu à peu vision du village sur sa butte. Que l'on va atteindre après une descente, puis un petit gué sur des galets, et un remontée raide ou ALAIN me rejoint et me double.

10H30 - 11,7km (alt 600m) : UNDUES DE LERDA

Notre ami Michel étant affamé, arrêt obligatoire dans l'unique bistrot du coin, qui fort heureusement ouvre juste à l'instant de notre passage !

Café con Leche + croissant évidemment ! départ après cet arrêt salutaire 10H50 et descente de l'autre coté du village

Ici, on change de région , passant de l'ARAGON à la NAVARRE.

11H40 - 14,3km : croisement du chemin avec la route de JAVIER

passage et tournant près d'une grande bergerie blanche assez récente, fortes odeurs d'ovins et de fumier , sauf à avoir le nez bouché !

Très large chemin gravillonné blanchatre, s'allongeant à l'infini tout droit, ou nous serons croisés par un très gros camion roulant lentement (heureusement, car il soulève un nuage de poussières) ; un berger passe avec son troupeau de moutons.

12H05 15,6km : Panneau annoncant SANGUESA à 4,5km ; peu après une petite maison cloturée au milieu de nulle part , très insolite !

champs de blés (coupés en septembre) à perte de vue , puis petite route goudronnée, et début de la ville signalée par un grand silo à grains carré. Petite tournée dans la ville, car le signalement du gite n'est pas correctement indiqué (panneau incertain).

13H15 20km (alt 400m) : REFUGE de SANGUESA (Convento Las Hijas , batisse dans une rue, mais sans aucun jardin/pelouse)

On commence immédiatement par douche + lessive, étendage dans un petit réduit attenant mais fermé à clé (le gardien du gite donne 2 clés) , et la faim étant pressante, nous allons nous installer dans le jardin public voisin (bancs, arbustes pour l'ombre, beaux palmiers, jeux d'enfants) pour notre repas sobre du midi ; suivi par la cafétéria du coin pour terminer par un café.

Pour le climat, cela devient un classique : très nuageux le matin , grisaille, 14°C en moyenne, puis grand soleil l'après-midi avec 26°C

Nous avons ensuite le temps de visiter : magnifiques avancées de toitures en bois ouvragé - sculpté , portails (Casa Cultura), et bien sur la cathédrale : son portail et ses scuptures, son rétable - statues et tableaux ; un belle rangée d'arcades ; une deuxième église avec une tour donjon carrée ; et le magnifique cloitre y compris son déembulatoire à l'étage (il faut oser entrer, car le batiment est devenu une école et j'y ai croisé plein de gamins et de mamans).

Remarquez vos premières CIGOGNES et leur nids sur les cheminée de ce cloitre.

MESSE a 20H dans la cathédrale (on profite de l'illumination pour prendre des photos)

le soir : excellent repas, animé par un pittoresque patron rondouillet comme une barrique, qui nous a bien amusé et qui a fait la bise à mon épouse.

Le choix d'un restaurant est dicté par l'heure d'ouverture, on constate des heures très tardives pour nous randonneurs (21h30 pour l'un d'eux), et par les menus proposés, les éternels boccadillos étant quelquefois les seuls plats offerts.

Couché vers 22H. Refuge avec quelques lits simples et des lits superposés. L'intéret d'arriver parmis les premiers, pour nos vieux os de 72 ans, est de pouvoir choisir son lit et d'éviter justement ces lits superposés, l'alpinisme n'étant plus de notre age ! Et accessoirement, de choisir le coin le plus tranquille, ou celui un peu aéré (près d'une fenetre).

ET5 : 11 SEPT - Mercredi : Sanguesa - IZCO

Nous avons décider de ne pas faire etape à Monreal, trop long à notre gout (31 KM minimum) , et de couper au premier lieu avec hebergement (IZCO).

Levé 6H30 , départ 7H45 après le P-DEJ pris avec nos provisions dans la cuisine du refuge.

Sortie de Sanguesa par la rN , puis mignon chemin à travers des ANIS sauvage (belle odeur en frottant dans ses mains) , pour atteindre le petit village de

8H15 - 1,5km (montée 60m) : ROQUAFORTE sur son éperon rocheux et surmonté d'un dome ressemblant à un terril ! très insolite !

On longe un vallon verdoyant, avec une fontaine (San FranZsisko) aménagée en aire de repos, et quelques jardins.

8H45 - 3km : un vaste plateau, surmonté d'une colline rectiligne ou s'égrène une enfillade d'EOLIENNES à perte de vue.

Remarquable panneau indicateur tout neuf , coquille jacquaire sur fond bleu "Fuente de la Padul, Alto de Aibar 4,9km Monreal 22,9"

Chemin caillouteux blanchatre, peu agréable pour les pieds, assez rectiligne, passe devant une belle ruine

9H20/9H30 - 5,1km alt:530m : arret casse-croute devant un très grand abreuvoir ; apparaissent désormais les panneaux "EAU NON POTABLE" (ou supposée telle) ; comme en France c'est le principe de précaution et surtout de non-responsabilité !

le chemin monte insensiblement , jusqu'au passage (croisement) par un tunnel sous la route Aibar-Lumbier, suivi d'un sentier franchissant un pseudo-col via une cloture en barbelés. panneau indiquant IZCO 8,7km et MONREAL 18km

10H00 - 7km :alt env 700m : vent violent dans ce col , puis re-descente par sentier étroit dans une lande de buis et une foret, avec une magnifique vue sur la vallée du rio Aragon au nord.

On passe deux portillons anti-vaches, puis quelques escaliers en descente raide, suivi par un large chemin forestier qui monte sur un autre flanc

Et un peu plus loin : belle ERREUR d'ORIENTATION !!!!!

Chantal, qui marche en tête, continue tranquillement ce chemin forestier, lequel se dirige vers la crête de la forêt ou s'aligne plein d'EOLIENNES ; et nous ne tiltons pas, car le guide mentionne "chemin passe près des éoliennes". Toutefois, bizarre, plus de marques/balises ? Nous passons effectivement tout près des éoliennes, qui tournent avec leur fameux bruit sourd et grave, jusqu'au sommet de cette colline ou là, PROBLEME : bel embranchement sans aucune pancarte : ALLER a gauche (tourne peu à peu au Sud) ou à DROITE (qui descend plutot au Nord) ?

Nous explorons sur 400-500 m chacune de ces branches, sans rien découvrir.

12H10 - 13,8km alt 745m : Solution : REBROUSSER chemin jusqu'à retrouver la dernière marque , en ayant les yeux bien ouverts, chacun doit faire un effort et ne compter que sur lui-même.

L'expérience montre que des marques deviennent souvent peu visibles , surtout celles mises sur des arbres (usure) ou pouvant devenir cachées par la végétation, ou se confondant avec de la mousse / lichens, voire détruites par les engins forestiers.

Et au final, nous descendrons 2,5 KMS , et nous aurons "PERDU" entre 1H et 1H30 pour cette escapade , jusqu'à enfin découvrir LA MARQUE !

Cette marque, une petite borne au sol, avec une flêche jaune verticale, était bien visible pourtant, mais quand on passe les yeux en l'air et nonchalants sur ce bon chemin, on peut l'oublier ! Mais là ou le bas blesse, c'est d'une part qu'aucune marque d'interdiction ne rappelle l'embranchement , et d'autre part que la flêche est dirigée de telle sorte qu'on peut comprendre "suivre la voie forestière", et en plus un fléchage en peinture bleue qui donne la fausse direction (voir photo) !

12H45 - 16,2km alt 560m : BORNE ... Et non, il faut interpréter : prendre le minuscule sentier qui par en diagonale sur la droite, vaguement tracé dans la garrigue à l'horizontale.

13H10 à 14H00 - 17,7km : Arret pic-nic au niveau du "passage CANADIEN" (système de poutrelles de fer à claire voie empéchant les bestioles à sabots de franchir l'obstacle) ; reprise du chemin , puis encore un autre portillon de cloture pour troupeaux.

14H40 - 20km : grande étable avec des jeunes génisses.

14H50 - 21km : encore un autre passage "Canadien", et arrivé sur un col (le guide le nomme Col de Loiti, alt 750 ou 785m), descente rapide sur le village de notre étape..

15H20 - 22,5km IZCO REFUGE-AUBERGE ST-MARTIN : il y a déja 5 personnes dans l'unique dortoir situé à coté de la grande salle-a-manger (2*4 places). Aussi, nous obtenons de la gardienne de nous loger dans deux petites pièces situées à l'étage au dessus du bar, il suffit de mettre à terre des matelas disponibles. Nous y serons bien plus tranquilles, et pas à devoir grimper aux lits supérieurs.

L'albergue dispose d'un petit bar et d'une petite épicerie de dépannage , la gardienne faisant le tout ; nous lui prenons de quoi faire le repas du soir (des PATES , sans surprise !) et le P-Dej , car rien d'autre à IZCO le soir (je crois me souvenir d'un petit resto, mais n'ouvrant que le midi)

La surprise est de voir arriver un Autrichien vers 20H (venant de RUESTA soit 44kms) , puis un POLONAIS (aussi venant de RUESTA) mais lui vraiment amoché et en triste état ( certains ne connaissent pas leurs limites) ; et ceci alors que l'Auberge est normalement fermée (la gardienne est chez elle) , ils verront le lendemain à payer leur obole !

Encore une belle journée ensoleillée , surtout l'après-midi , le refuge est sur une placette pavée avec quelques tables et bancs fort utiles pour un bon farniente, et qui cotoie le terrain de pelote basque , élément caractéristique désormais de tous les villages de la région.

L'église est ouverte, nous sommes plusieurs à y aller prier , et Chantal & Michel se payent le luxe d'y chanter plusieurs chants religieux.

Nous cuisinons pour 4 , car une Hollandaise IRENE se joint à nous , elle est très agréable de plus TRI-lingue (Allemand, Français, espagnol).

ET6 : 12 SEPT Jeudi : IZCO - TIEBAS

Levé 6H30 (notre habitude désormais) P-Dej dans la cuisine , puis départ 7H45.

le couple du TARN , plus rapide, part quelques minutes avant nous, les autres sont simplement levés.

1ere chose insolite, voire incroyable à la sortie du village : le chemin autrefois en terre ou cailloux, est désormais devenu un immense ruban de béton de 5m de large et 20cm d'épaisseur, ruban tout blanc sous la lumière blafarde du matin levant, et cela jusqu'à la porte du village suivant ALBIZANO (environ 1,6km).

En chemin, on croise un berger, non pas à pied, mais en 4x4 qui pousse devant lui son troupeau de brebis avec son véhicule, pour le faire au final entrer dans un paturage !

9H15 - 5,6km (alt 485m) : SALINAS . Très court arrêt sur un banc devant l'église. Ensuite très agréable sentier dans la foret.

10H00 - 7,8km : MONREAL .. Joli pont gothique dans ce village. Mais aussi une Albergue Pregrinos (Centro Jacobeo) , et un "Centro Parroquial" qui contient en pratique un BAR au 1er étage. Nous y faisons un petit arrêt de 20mn, toujours le besoin pour certains de boire un café et grignoter quelque chose.. A voir magnifiques porches en pierre, en forme d'ogive . Une grande pancarte affiche tout le détail du CAMINO jusqu'à Puente-La-Reina, soit 30,4kms si l'on s'y fie.

10H25 - 8,2km : à la sortie du village , une borne jacquaire nous promet TIEBAS pour 14kms. Le sentier longe un cours d'eau (rio Elorz) et c'est très agréable.

11H25 - 11,5km : YARNOZ ; le vent qui était très fort au départ, se radoucit et la température devient très clémente (10°C). Nous faisons un très court arrête ici. le chemin srepente à flanc de colline avac une vue magnifique et dégagée sur la plaine au Nord, ou un long ruban jaune-blanc s'étale d'Est en Ouest : un moment je l'ai pris pour une autoroute en construction, mais il s'agit du fameux CANAL DE NAVARRE.

12H00 - 12H45 13,5km : BOTANO : arret pic-nic dans ce village , rien à signaler.....

CE JOUR , JE COMMENCE A SOUFFRIR AFFREUSEMENT DU PIED , UNE SORTE DE TENDINITE QUI VA ME PERTURBER PENDANT PLUSIEURS JOURS.

Vers 13H, le chemin , tout en restant en hauteur , passe au-dessus d'une usine de produits en béton (grand silo rouge ARIAN), et ici le canal de navarre est tout proche et on peut en admirer les imposantes dimensions.

On passe dans un premier petit village et auprès de son cimetière (13H10 - 15,4km); , puis un autre avec une FONTAINE bienvenue (13H35 - 17,3km) sans pouvoir les nommer (Ezperun , Guerendian , cités dans les guides).

14H15 - 20,2km : croisement avec une large piste caillouteuse. On approche du but. Je marche avec rage sans repos vu ma tendinite ; j'avais pris de l'avance et au final Chantal me rattrape. Tiebas s'annonce avec son chateau en ruines , ou ne subsiste que des pans de murailles et qui se découpe sur le ciel en hauteur. Le gite se trouve sans difficulté dans la montée à l'entrée du village.

14H30 - 21,5km : TIEBAS arrivée au GITE (Refuge Pélerin José MARI).

deux Dortoirs de 3*2 lits à l'étage du batiment. Les chaussures doivent être laissées dans les casiers au RdeC.

Et là, il va se produire un évènement lamentable : profitant de l'absence du gardien, un randonneur se présente à l'entrée (il faut un code pour entrer) et quelqu'un lui a ouvert (sans malice). Le gars attend tranquillement assis, et profitant qu'il est seul , il VOLE UNE PAIRE DE CHAUSSURES et disparait. Imaginez le désespoir du pélerin qui n'a plus rien pour marcher !

S'ensuit , dès le retour du gardien , des conciliabules , beaucoup d'agitation - chacun vérifie si rien d'autre n'a disparu - , le passage d'un policier qui collecte les infos (car le voleur, on est plusieurs à l'avoir aperçu) . Il a bien sur choisi la paire la plus neuve de la bonne taille.

Au final, il me semble que le malheureux pélerin (qui était espagnol) a pu se dépanner , il avait je crois des chaussures de jogging.

Repas à l'unique bar-resto sur la place du village, ou il y a pas mal de bruit et d'abitants , entre autre plusieurs jouant aux cartes (jeu et modèles de cartes inconnus en France)

ET7 : 13 SEPT , Vendredi : Tiebas -- PUENTE LA REINA

Compte-tenu de ma tendinite , je démarre seul très tôt le matin : Levé 6H00 , P-Dej solitaire dans la cuisine au sous-sol du refuge

et départ 6H45 , avec la lampe de poche , car il fait encore très sombre avant l'aurore.

1,7km : on longe une route avec importante circulation bruyante.

7H40 - 3,1km : passage sous l'autoroute.

peu après , on passe devant un ancien terrain militaire abandonné avec des baraquements , sous une lumière de matin blafard. Puis on longe une voie ferrée (un train y passe vers 8H du matin), que l'on franchit par un petit tunnel dessous, suivi par un escalier de 19 marches (village Muruarte). Encore des EOLIENNES sur une crete à l'horizon. Le temps est nuageux mais doux (15°C) , presque pas de vent. Un lapin traverse la route goudronnée devant moi, dans la montée sur :

8H20 - 5,5km : OLCOZ , village très visible par sa grosse tour carrée crénelée (à moins que ce ne soit un chateau d'eau ?)

On contourne le village par la droite, une sorte de route circulaire goudronnée & pavée, bordée d'arbustes et fréquentée à ce moment par des promeneurs de chiens. Faire attention car le balisage est un peu défaillant ici , car il faut repérer une piste large et caillouté blanchatre qui descend sur la droite. cette piste longe une colline , passe 50 m au dessus du large CANAL de NAVARRE

8H30 - 6,3km : le canal passe en tunnel dans cette colline.

La piste descend ensuite dans les champs de tournesol et longe une oliveraie ... Ici , petite et unique halte , quelques besoins naturels la nature est là !

9H00 - 7,8km (alt 375m) : après des vignes, embranchement dans un petit sentier à droite longeant le Rio Robo (un ruisseau) , le balisage est correct contrairement à l'avertissement "Attention" du guide LEPERE (page 214).

9H10 - 8,3km : croisement avec la route de la Coopérative (bien visible). Un panneau indique "Eunate 5,2k". On continue sur le chemin toujours très large et en gros gravillons blanc-gris.

9H30 : champs d'ASPERGES à proximité. Ici, je croise un très vieux pépé , marchant très lentement avec ses deux cannes. On échange quelques mots.

9H40 - 10,2km : sur la place de ENERIZ ; le temps passe au beau fixe, le soleiel brille ;

10H20 - 13,3 km : EUNATE , arrivée dans ce magnifique lieu ; long ARRET en attendant mes deux compères CHANTAL et MICHEL

A SAVOIR : la chapelle est fermée (y compris le parcours autour) , les heures d'ouverture sont 10H30 - 13H30 et 17H-20H

Si l'on veut la visiter , il faut en tenir compte, sinon, vous ne pourrez l'admirer que de loin (rue ou aire de repos)

Pour moi, grand repos sur les bancs , puis sous les arcades après l'ouverture des grilles (la gardienne est aussi celle du petit refuge situé à coté).

Avant moi, il n'y a qu'un couple de jeunes POLONAIS (qui randonnent en faisant du camping).

Puis passent sans s'arrêter, quelques secondes, le couple du TARN, ce qui me surprend; ensuite un couple de Lyonnais, et enfin Chantal & Michel vers 11H35 , soit 1h15 après moi (ils sont partis vers 8H10). J'ai marché finalement aussi vite qu'eux, mais sans aucun arrêt intermédiaire.

Pic-Nic interdit à coté de la chapelle, il faut aller 100m plus loin sur l'aire aménagée en lègère hauteur (pelouse, tables , bancs et eau). Irène et le "ronfleur" de son dortoir viennent eux aussi s'y reposer, un peu avant notre départ.

12H50 : départ d'Eunate.

13H30 - 14,5km : OBANOS , place centrale avec son arche . Michel ne peut s'empêcher de faire une pause au bistrot, nous préférons continuer par prudence , et cela est nécessaire vu la foule de pélerins que l'on rejoint ici (CAMINO FRANCES).

13H55 19,2km : PUENTE LA REINA , Auberge des PERES REPARATEURS , à l'entrée de la ville.

et là, ça fait déja la queue , 10 personnes devant nous, et ça arrive sans interruption. La personne qui accueille, c'est comme à un guichet de cinéma, elle enregistre et attribue d'office les places, en ouvrant progressivement les dortoirs : nous sommes affectés au n°5 ayant 12 places ( 6 * 2 lits superposés ). J'obtiens 2 lits cote à cote au fond d'un des dortoirs de l'étage. Les dortoirs du RdeC (n° 2 3 4) me semblent beaucoup moins agréables, surtout celui accolé à la SaM et aux douches (n°1). L'immense affiche extérieure indique 72 places, mais les guides mentionnent 90 ou 100 places. Il y a en réalité 102 places, ainsi réparties : D1=8 D2=6 D3=10 D4=6 D5=12 D6=12 D7=8 D8=8 D9=14 D10=14 D11=4.

Ce gite est clean , propre , bien agencé ; cuisine correctement équipée avec une grande salle à manger ; deux groupes de douches et WC en nombre très suffisant. Un jardin - pelouse assez grand pour le farniente au soleil de nombreux pélerins, et il y en a ce jour très beau et très chaud ; et un immense étendage de plusieurs fils de 15 ou 20 m de longueur et sous toiture : vraiment le nec plus ultra. Il y a aussi de vrais bacs de lavage de linge et des machines à laver.

a noter : à 19H , le gite affiche COMPLET (comme un hotel), le gardien n 'est plus là (avis aux habituels retardataires). Savoir aussi que le dortoir pelerin de l'hotel JAKUE se trouve 2KMS avant la ville (sur la RN), et que l'autre albergue Santiaguo Apostol se trouve lui 2Km plus loin après la sortie de la ville.

Nous partons à la découverte de la ville, de ses ruelles, de ses nombreux bars-cafés, surtout ceux de la place centrale. Et visite des deux monuments incontournables : le fameux PONT de la REINE , et l'église située à droite (Eglise de Santiago ?) la seule ouverte.

Et surtout, repérage , pas facile, de l'ARRET de BUS pour aller à SAN SEBASTIAN le lendemain ! Au final, sans que cela paraisse, ces tours et virées nous ont fait parcourir entre 4 et 6kms !

Repas dans l'un des restaurants de la rue principale (Calle Mayor).

ET8 : 14 SEPT , Samedi : Puente La reina --->> SAN SEBASTIAN en AUTOBUS

Notre ami MICHEL goute ce matin le rythme particulier du CAMINO FRANCES , lui qui est plutot habitué à un levé tardif.

Le 1er pélerin du dortoir se lève à 6H , et dès 6H15 : branle-bas général, à 7H00 il ne reste dans le dortoir que nous 3 + une autre pélerine (une coréenne ayant mal aux pieds, et qui va faire un repos "soins de pieds").

La veille j'avais repéré plusieurs bars, en notant ou demandant leur heure d'ouverture : les espagnols s'adaptent aux contraintes commerciales, et plusieurs ouvrent dès 6H30 !

Nous prenons tranquillement notre P-Dej dans un bar avec terrasse , le long de la belle avenue ou doit passer notre bus. Mais nous sommes façe à des renseignements contradictoires: certains affirment que c'est sur le trottoir Nord (coté du bar) , d'autres en face sur le trottoir Sud (là ou il y a un abri-bus), mais avec un écart de 50 m entre les 2. Au final, c'est bien sur le trottoir sud, mais on a eu chaud !

BUS 9H00 -- arrivée à SANTANDER 10H35 gare centrale des bus.

la suite sur le récit "CAMINO DEL NORTE" ... a bientot .....

****************************************************

PHOTOS de la Randonnée :

 

Photos GR653jaca Chemin Aragonais

 

VIDEOS de la Randonnée (en attente) :

 

 

Maj 07/11/2015-B